Des formes et des couleurs, encore et encore

Des formes et des couleurs, encore et encore

On continue à optimiser notre temps. Donc petit déjeuner à 7h et départ à 7h45. Nous sommes seuls dans le métro en ce dimanche matin alors qu’hier soir en rentrant il était bondé. Il faut dire qu’il y avait un match de foot et que la station qui dessert notre hôtel est aussi celle du stade. Donc…

p1130640

Alors ce matin direction le Park Güell.Eusebi Güell, industriel et mécène de Gaudi, lui a confié la création d’une cité idéale qui devait accueillir une soixantaine de maisons. Au final seules 2 seront construites mais la marque de Gaudi se retrouve dans tous les aménagements de l’espace monumental du park :

des pavillons de l’entrée aux viaducs destinés à faciliter la circulation naturelle

p1130643  p1130655

de la grande place caractérisée par son banc sinusoïdal revêtu de trencadis à la salle hypostile, forêt de colonnes doriques destinée au marché

p1130664 p1130678 p1130681

du dragon, embème du park à l’escalier monumental

p1130691 p1130702

Là aussi tout est symbole. Il faudrait y passer des heures pour tout décortiquer. L’ensemble est vraiment fantastique. On retrouve ici les couleurs et les formes exotiques imaginées par Gaudi, incontestablement le maitre du modernisme et de l’avant garde du 20ème siècle.

Allez, on repart. Il fait toujours beau et bon, profitons en. On se dépêcha car on veut attraper la visite guidée en français de l’Hospital de la Santa Creu (Sainte Croix) i Sant Pau (Saint Paul) à 11h. On arrive in extremis. C’est l’ensemble moderniste le plus important de Barcelone, œuvre de Luis Domenech i Montaner. Cet hôpital a été construit entre 1902 et 1930 grâce au legs du banquier Pau Gil. Il s’agit en fait d’une ville dans la ville qui devait regrouper 48 pavillons isolés les uns des autres destinés à différentes spécialités médicales mais reliés entre eux par 1km de galeries souterraines. Avant-gardiste encore ! Cet hôpital n’est plus en service depuis 2009, le nouvel hôpital ayant été construit derrière celui-ci.

p1130793

Le bâtiment principal occupé par l’administration est richement décoré

p1130728     p1130760p1130729  p1130788

Mais la vraie merveille c’est quand on arrive sur la place centrale et qu’on découvre l’ensemble architectural formé par les pavillons : symétrie, couleurs et formes (encore et toujours) et le calme de l’espace ainsi constitué. Superbe !

p1130737   p1130744 p1130747    p1130772

On visite le pavillon chirurgical avec ses 3 blocs opératoires dotés de façades entièrement vitrées pour bénéficier de la lumière naturelle maximum et le pavillon de Sant Rafael avec sa grande salle commune baignée de lumière également qui accueillait au début du siècle 28 malades

p1130725

On profite du site au maximum et on reprend notre route. Pause déjeuner et on tente encore une fois d’accéder à une visite guidée en français au Palau de la Musica Catalana. Trop tard, les visites en français sont complètes. La prochaine est à 15h et en anglais. Pas de problème, on y va. Cette salle de concert privée est un exemple caractéristique du modernisme catalan et encore une réalisation de Luis Domenech i Montaner. Lumière, couleurs et formes, tout y est : une coupole de vert et de vastes fenêtres pour la lumière, un fond de scène représentant les 18 muses en pierre et mosaïques, un balcon aux colonnes toutes différentes. Au final c’est une salle unique à l’acoustique étonnamment excellente.

p1130803   p1130807 p1130831   p1130840

La façade n’est pas en reste

p1130854

En poursuivant notre chemin dans le Barri Gotic, le quartier historique de Barcelone, nous nous arrêtons boire un coup sur la Plaça Reial.

p1130857

Il ne nous reste plus le temps que pour une visite. Ce sera le Palau Güell, première réalisation d’envergure de Gaudi. C’était l’habitation de la famille Güell, immeuble de 5 étages au dessus d’un sous-sol qui servait d’écuries et qui est surmonté d’une terrasse aux multiples cheminées colorées. Dès l’entrée par de magnifiques portes en fer forgé on reconnait le souci du détail de Gaudi. Les plafonds en bois sculpté et le salon central, pièce maitresse du palais d’une hauteur de 15 mètres reflètent la grandeur voulue pour cet immeuble hors normes.

p1130862   p1130876 p1130879   p1130888 p1130891

La nuit est tombée, il est 19h30. On repasse par la Plaça Reial pour une petite sangria et on se rend à notre dernier rendez-vous de la visite au Tablao El Cordobes pour diner et assister à un spectacle de flamenco très pro. Belles performances vocales et physiques.

p1130919

Il est bientôt minuit et il nous faut rentrer. Il n’y a plus personnes dans les rues.

p1130929

Voilà ! Nous reprenons le chemin du retour demain matin. Séjour trop trop court. Il y a tellement de choses à découvrir dans cette magnifique ville. On reviendra sans aucun doute !

Maravillosa Barcelona

Maravillosa Barcelona

A l’occasion d’un week-end prolongé, nous partons à la découverte de Barcelone. Arrivés vendredi en fin de journée nous n’avons que le temps de partir à la recherche d’un restaurant où nous dégustons des tapas variées et délicieuses. Voilà pour le premier contact. Les choses sérieuses commencent ce matin. Nous attaquons par un tour panoramique en bus pour bien identifier les secteurs qui valent le coup. Le problème c’est que tout vaut le coup ! En 2 jours ça va être rude. Mais on ne se décourage pas tout de suite. On commence par la colline de Montjuic en traversant la place d’Espagne et le quartier construit pour l’exposition universelle de 1929. Beaucoup de monde sur les trottoirs : il y a un grand salon « Manga » qui doit attirer environ 30 000 personnes pour beaucoup équipés de costumes originaux. Du musée national d’art on domine la ville. La brume, liée à la proximité de l’océan d’un côté et des montagnes de l’autre, recouvre la ville mais la vue est quand même splendide.
p1130410

p1130430

Nous faisons ensuite un arrêt sur le site des installations sportives des jeux olympiques de 1992 dominé par la tour des télécommunications impressionnante.

p1130423

Ensuite, nous traversons le port, ses immenses bateaux de croisière (Barcelone accueille plus de 30 millions de touristes par an) et ses yachts hors norme. La ville a gagné plus de 10 km² sur la mer et ce n’est probablement pas fini, pus le quartier de Barceloneta et nous terminons sur la place de Catalunya, coeur de la ville.

La matinée est déjà passée. Il ne faut pas mollir car nous avons rendez-vous pour une visite de la Sagrada Familia à 15 h. Nous prenons la route à pied cette fois. On traverse la place de Catalunya et on se dirige vers le nord par le  le Paseo de Gracia. Le nez en l’air on admire les façades des immeubles. Ici c’était la guerre des architectes. Il fallait faire mieux que l’autre et ils s’en sont donnés à coeur joie. Cerda avait pensé un plan de la ville très géométrique fait de blocs carrés d’une centaine de mètres. Il fallait bien égayer tout ça.

p1130467    p1130472 p1130475

En plus il fait un temps superbe et la température d’une vingtaine de degrés est idéale. On continue notre route vers la Sagrada Familia, chef d’oeuvre d’Antoni Gaudi en chantier depuis 1882. Et ce n’est pas fini. Il devrait y avoir à terme 18 tours. Ya encore du boulot. La fin des travaux est annoncée pour 2026…peut-être.

p1130587

Nous arrivons un peu avant l’heure de notre entrée (tout cela est très réglementé). Nous avons donc le temps de manger un morceau et de faire le tour de la Basilique. Et c’est déjà impressionnant : la diversité des motifs, le souci du détail, les couleurs… On ne sait pas où porter le regard tellement il y a de choses à voir, sans parler de toute la symbolique attachée à chaque élément architectural voulue par Gaudi. C’est le 2ème site le plus visité en Espagne après l’Alhambra de Grenade et on comprend déjà bien pourquoi !

p1130487      p1130492 p1130493    p1130497

p1130499 p1130508    p1130560

Bon, on entre !

Wahoo !!!!

Les photos parlent toutes seules : une forêt de piliers colorés par la lumière qui entre à flot par les vitraux de couleurs chaudes à l’ouest et de couleurs froides à l’est. Quelle chance que le soleil soit avec nous !!

p1130514     p1130522 p1130531 p1130538 p1130541     p1130556 p1130523     p1130533

Alors là on est scotchés ! Difficile de repartir mais le temps passe et il y a tant à voir encore.

Alors on quitte la Basilique à regret en se disant qu’il faudra impérativement y revenir et on repart vers le Paseo de Gracia pour tenter de visiter la Casa Mila aussi appelée la Pedrera, un immeuble signé également Gaudi (omniprésent dans la ville). C’est sa dernière réalisation. La façade qui ondule, les murs peints, les combles et les cheminées aux formes extravagantes font de cet immeuble une oeuvre artistique à part entière.

p1130481   p1130575

p1130615   p1130612 p1130610

Voilà la nuit approche, on en a plein les pattes. On retrouve les copains pour un dernier tour dans le marché animé de la Bocqueria et dans la cathédrale toute proche, puis on remonte une nouvelle fois vers la place de Catalunya. Il est 20 h et on est fatigués mais on a bien optimisé. Demain sera aussi une grande journée

 

La fin d’un tour

La fin d’un tour

En ce beau jour d’automne  brumeux nous entamons notre retour vers Dublin. Nous nous arrêtons à Cashel qui symbolisa le pouvoir religieux et royal pendant plus de 1000 ans et fut la capitale des Celtes du Munster. St Patrick lui aussi passa par là, mais de toute façon il était partout ! Sur un rocher qui domine la ville, se dresse une ancienne cathédrale du 13ème siècle flanquée de la chapelle romane de Cormac et d’une tour ronde haute de 28 mètres.

p1130203     p1130216

En contrebas on aperçoit l’abbaye de Hore dans les bras de l’homme gris. Il n’en reste pas grand chose.

p1130215

Nous rencontrons notre premier et unique dolmen. Il parait qu’il y a pourtant plus de 18 000 pierres levées en Irlande, dont 1 000 dolmens. Enfin mieux vaut tard que jamais !

p1130219

Nous déjeunons à Carlow et le soleil est de retour. Ensuite nous continuons vers le nord pour visiter le monastère de Glendalough (prononcer glendaloc) mot qui signifie la vallée des 2 lacs. Ce monastère a été fondé par St Kevin au 6ème siècle. St Kevin est le symbole de la patience. On raconte que des oiseaux auraient fait leur nid dans sa main et qu’il aurait attendu que les oisillons prennent leur envol pour récupérer l’usage de sa main. Ca c’est de la patience ! Ce monastère fut un grand centre religieux pendant 600 ans même si les vikings le malmenèrent. Le site est vraiment remarquable et la tour ronde de 30 m parfaitement conservée affiche fièrement son élégance.

p1130227    p1130231 p1130233    p1130239 p1130250     p1130257

Il nous reste une dernière étape. Nous nous arrêtons à Powerscourt réputé pour ses jardins et pour ses boutiques d’artisanat local. Encore quelques achats et une dernière photo bien verte du golf parfaitement entretenu. Ah comme elles sont belles les pelouses anglaises, oups ! irlandaises.

p1130276

Après 2 000 kms, nous nous apprêtons à repartir vers d’autres lieux. Nous garderons de l’Irlande un très bon souvenir : des paysages variés et parfois surprenants, des autochtones très sympathiques, de la bière excellente (enfin surtout pour ceux qui aiment la bière). Le paysage politique ne nous a pas semblé encore complètement apaisé et on sent bien toujours cet écart entre le nord et le sud. Il ne reste qu’à espérer que les irlandais finiront par trouver un moyen de réunifier leur île. Mais ça c’est une autre histoire !

Du Whiskey et de la musique

Du Whiskey et de la musique

Nous nous approchons doucement de la fin de notre voyage. Nous entamons le retour vers l’est. En passant à Macroom nous retrouvons les belles petites boutiques colorées qui nous ont accompagné à chaque étape. La mairie est bien imposante et la station essence bien sommaire

p1130087    p1130086 p1130084    p1130083

Nous contournons Cork avant d’y revenir dans l’après-midi pour nous rendre à Midleton. Ici nous visitons la distillerie Jameson. Des moulins à grain jusqu’aux alambics (ils possèdent le plus grand du monde qui contient 140 000 l) la visite est complète et intéressante. Elle se termine bien évidemment par une dégustation du whiskey Jameson Original 6 ans d’âge pour les uns et d’un cocktail au whiskey, schweppes au gingembre et citron vert pour les autres.

p1130088     p1130098 p1130104     p1130112 p1130108     p1130120

Le voyage vers le restaurant en car se fait en chantant à tue-tête. Moralité : le whiskey irlandais met en joie !

Coincés dans les embouteillages, on a le temps de profiter de la vue. C’est la sortie du collège :

p1130133

Après un repas roboratif (lasagnes et frites et gâteau à la crème), nous avons l’après-midi pour découvrir Cork (cela signifie le marécage), 2ème ville de la République avec 200 000 habitants et une université réputée. Cette ville, dont le centre est coincé entre deux bras de la rivière Lee, a toujours été une rebelle, ses habitants ayant de tout temps lutté pour l’indépendance de l’Irlande contre les Anglais. Nous parcourons l’English Market, très beau marché datant de 1610, puis nous entrons dans l’église catholique St Pierre et Paul.

p1130147    p1130150 p1130166

Nous croisons des groupes de jeunes filles fort peu habillées, il ne fait pourtant pas très chaud. Avec les garçons qui les accompagnent (et qui sont pour certains déjà bien alcoolisés) elles vont fêter la fin de leurs examens !

Après avoir arpenté les rues commerçantes nous allons diner dans un restaurant typique, l’Oliver Plumkett. Repas copieux, musiques  et danses traditionnelles, bref tout ce qu’il faut pour une soirée réussie dans une très bonne ambiance !

p1130175     p1130177 p1130197

 

 

Ah ! la belle journée

Ah ! la belle journée

Aujourd’hui nous passons toute la journée dans le compté de  Kerry et plus particulièrement dans la péninsule d’Iveragh. Nous suivons scrupuleusement  (et dans le bon sens) la route circulaire appelée Ring of Kerry qui fait le tour de la péninsule et du massif montagneux des Macgillycuddy’s reeks (qui abrite le point culminant d’Irlande à 1038 m). Un petit arrêt photo à Lady’s view où « l’homme gris » (le brouillard) flotte encore.

p1120940

Un petit mot de l’homme gris. Il fait partie des nombreux esprits qui occupent le sol irlandais entre lutins, fantômes et fées. On connait les léprechauns avec leurs cheveux roux, mais il y a aussi la banshie, celle qui annonce la mort, ou encore le grogauch, un esprit serviable. Bref tout un monde invisible mais bien présent dans les légendes locales.

Ce matin, donc, la pluie a disparu comme par enchantement, surement grâce à un lutin bienveillant, ce qui nous permet de faire une grande promenade dans les jardins de Muckross House. Ce joli manoir de la fin du 19ème siècle est entouré d’un parc paysager splendide. C’est vert !

p1120956    p1120961 p1120967

Après cette petite marche, il nous faut un remontant. C’est chose faite à l’arrêt suivant où nous dégustons un irish coffee savamment dosé : du sucre brun, du whisky, du café (pas trop fort pour sentir le whisky) et de la crème. Délicieux !

p1120978

Nous continuons notre progression sur l’anneau de Kerry. La vue sur la péninsule de Dingle au loin est un peu brumeuse mais la côte que nous longeons est très belle.

p1120986     p1120987

Tour près de Kells nous nous arrêtons pour assister à une démonstration de chiens de berger chez Brandon. Il forme des chiens qui partent ensuite dans le monde entier. C’est toute une technique et c’est vraiment impressionnant. Il possède également une collection de moutons de tous pays. Trop mignons !

p1120988    p1120990 p1120997    p1120999 p1130011

La côte s’offre maintenant encore plus clairement à nos yeux. Ya pas à dire, le soleil améliore grandement la visibilité ! Nous passons devant le monument de St Brandon (rien à voir avec le dresseur de chiens), parti à l’aventure sur son carragh, petit bateau traditionnel.

p1130018 p1130021

p1130023

Nous déjeunons à Cahersiveen d’un copieux fish and chips puis nous faisons une pause à Waterville, au bout du monde, dans la baie de Ballinskelligs. Petit village fort apprécié de Charlie Chaplin qui venait y passer le mois d’avril chaque année.

p1130032     p1130040 p1130043     p1130045

Après Waterville la route longe un moment la baie

p1130049    p1130055

puis s’élève vers Coomakesta Pass. On s’arrête et là c’est wahooh !! Quel paysage ! Quelle vue ! On domine les îles Slellig et la côte déchiquetée en petits îlets. Magnifique.

p1130061    p1130070 p1130074

Nous terminons notre tour en logeant la Kenmare River, et nous revenons à notre point de départ. Un petit tour en ville pour faire quelques achats et pour admirer l’église et nous rentrons à l’hôtel

p1130081

 

Terres de pierres

Terres de pierres

Ce matin nous avons encore dans la tête les airs du folklore irlandais admirablement joués et dansés hier soir. Nous reprenons la route sous la pluie. Il ne faut pas changer les habitudes ! On s’arrête à Kinvarra, un petit port niché au fond de la baie de Galway où on peut voir des petits bateaux traditionnels et les fûts de bière vides après le week-end qui attendent le ramassage.

p1120819     p1120812 p1120816

En chemin, nous sommes toujours dans les verts pâturages, ici séparés de murs de pierres sèches qui remontent à l’époque où Oliver Cromwell devait redistribuer des terres aux soldats en paiement de leurs soldes et aux anglais « implantés »

p1120825    p1120920

Nous nous dirigeons ensuite vers le Burren dans le comté de Clare, immense plateau calcaire écrasé par l’érosion. Nous ne montons pas jusqu’au plateau car la visibilité y est nulle. Nous prenons la route côtière qui nous permet d’apprécier pleinement ce paysage lunaire même sous la pluie. On s’arrête pour une pause photo expresse pour admirer ces superbes terrasses de pierres.

p1120838      p1120839 p1120848

Le temps passe et nous sommes attendus à la Burren Smoke House à Lisdoonvarna. Non, ce n’est pas une maison où l’on fume. C’est un lieu de fabrication du saumon fumé. Petite présentation du saumon fumé à froid à la mode irlandaise et à chaud à la mode suédoise, petite dégustation, petit achat. Tout cela est bien rôdé. La petite commune de Lisdoonvarna a une autre spécialité : la foire aux célibataires. Qu’on se le dise : tous les mois de septembre on peut venir faire son choix. C’est un peu leur « amour est dans le pré » local. Et si on ne trouve pas chaussure à son pied, on peut boire, chanter et danser pour se consoler !

p1120855     p1120861

Nous déjeunons à Lahinch, station balnéaire, car n’oublions pas que nous sommes sur une île et que l’océan n’est jamais bien loin. Ici, il est un peu agité, d’ailleurs il y a des surfeurs dans l’eau. Et un peu de soleil !

p1120882    p1120883

Ensuite nous continuons vers les Cliffs de Moher. Nous nous baladons une partie de l’après-midi sur ces falaises noires de plus de 200 m de haut sur 8 km de long. Ca donne un peu le vertige.

p1120894     p1120898 p1120910

Allez encore un peu de route à faire. Nous allons prendre le bac à Killimer pour traverser l’estuaire de la Shannon, qui est le plus long fleuve d’Irlande et qui a servi, à une époque, de limite entre les protestants à l’est avec les terres fertiles et les catholiques à l’ouest dans les terres désertiques. C’est toujours la même histoire quel que soit le pays ou l’époque

Le bac n’attendait que nous pour partir. 15 minutes après on arrive à Tarbhert et on file vers le sud en direction de Kenmare où nous passerons 2 nuits.

Terres brûlées au vent…

Terres brûlées au vent…

C’est le décor du Connemara ! Michel Sardou, grand visionnaire, l’avait bien dit : il y a du vent, limite tempête aujourd’hui. Un vent à décorner les boeufs et à faire avancer les touristes plus vite qu’ils ne le souhaitent mais ce matin pas de pluie et même quelques rayons de soleil passagers. Parfait !

p1120726

Nous partons vers l’ouest à travers les Twelve Bens (les 12 monts) et de nouveau dans les tourbières. Nous longeons un superbe fjord, le Kyllary harbour.

p1120651    p1120660

La tourbe récoltée est déjà entassée et protégée pour passer l’hiver.

p1120680

p1120661    p1120668

Notre première visite est pour l’Abbaye de Kylemore idéalement située au bord d’un lac bordé de rhododendrons et protégée par une belle colline. Aujourd’hui occupé par des Bénédictines, ce château a été construit par un anglais, Mitchell Henry, pour son épouse. Il a ensuite été transformé en abbaye et en école privée pour jeunes demoiselles fortunées et ce jusqu’en 2010. Depuis il n’y a plus qu’une douzaine de soeurs sur le site.

p1120691   p1120695

Un peu plus loin Mitchell Henry fit construire une chapelle de style gothique en hommage à sa femme décédée. A l’intérieur les colonnes en marbre sont réalisés avec des marbres locaux de 3 couleurs différentes.

p1120711   p1120722

Ensuite nous prenons une petite navette qui nous emmène au Victorian Walled Garden qui reproduit des jardins clos. Dans la maison du gardien, les briques de tourbe sont prêtes à côté de la cheminée.

p1120731    p1120736 p1120741

Le vent est toujours aussi violent et vers midi la pluie se met à tomber bien fort. Pas grave, on va déjeuner. En sortant du repas, pas d’amélioration. Le temps est bouché !

p1120754

Pas facile de prendre des photos des lacs du Connemara ! Vers 15h le temps se lève et on arrive à Galway pour faire une balade dans ses rues animées. Nous sommes Dimanche mais tous les magasins sont ouverts et les terrasses bien remplies malgré le vent qui ramène les 17°C réels à 12°C ressentis. Avec un bon bonnet et des moufles ça passe !

p1120769    p1120770

Des orchestres ajoutent leurs airs à l’ambiance naturelles des pubs, eux aussi bondés. Ici la bière coule à flot !

p1120779     p1120782

Nous longeons la rivière Corrib puis nous terminons notre balade par la visite de la Cathédrale aux styles divers et variés.

p1120790     p1120800

Ce soir spectacle de danses irlandaises !

 

Chez John Adair

Chez John Adair

En partant ce matin le soleil est avec nous. Il fait bien frais mais c’est mieux que la pluie. Nous partons vers le nord ouest en direction de Glenveagh. Le paysage se transforme assez brutalement et passe des prairies vertes habituelles à une lande parsemée de bruyères en fleur. Nous sommes dans le comté du Donegal et plus particulièrement dans les Derryveagh mountains. Nous traversons les premières tourbières.

p1120586

Et nous entrons dans le Parc National de Glenveagh. L’histoire de ce site commence mal. En effet le dénommé John Adair fait l’acquisition des terres en 1857 et sa première action est de jeter à la rue ou plutôt à la lande les 244 familles qui y vivaient, les réduisant à l’exil ou à la misère. Un homme bien sympathique. Il se mit en tête de construire un relais de chasse au bord du Lough (lac) Beagh. En fait il fit construire un petit château en granit local.

p1120592    p1120596

Vendu, puis revendu, puis revendu, le domaine finit par atterrir dans les mains de l’état irlandais qui en a fait un parc national : 16 000 hectares de montagnes, de tourbières, de lacs et de forêts avec en son centre le château et ses magnifiques jardins. La balade est vraiment agréable et paisible avec en plus le temps idéal.

p1120602    p1120606 p1120612   p1120617

Avant de repartir on visite le château fort bien conservé et aménagé. Evidemment on ne peut pas prendre de photos, comme d’habitude.

Nous reprenons la navette pour revenir au visiteur center et une petite pancarte attire notre œil dans la file d’attente: c’est en gaëlique et en anglais et en gros ça dit « faut pas pousser ». Very funny !

p1120620

Après déjeuner,  nous redescendons vers le sud. Nous faisons un arrêt à Dumcliff pour nous « recueillir » devant la tombe de W.B.Yeats, poète irlandais ayant obtenu le prix nobel de littérature en 1923. L’église presbytérienne est simple et sommaire. Derrière surgit une montagne-plateau portant le nom de Ben Bulben.

p1120637     p1120641 p1120639

Et nous arrivons à notre destination du jour : Castlebar dans le comté de Mayo où nous passons la nuit.