Que pena ! Il y a toujours une fin

Que pena ! Il y a toujours une fin

Et voilà nous entamons notre dernière matinée. Avant de reprendre la route vers la Havane, nous faisons un détour par la place de … la Révolution. On s’en serait douté ! Et qui surveille cette immense esplanade … le Che ! En plus une commémoration se prépare. Les drapeaux du parti et du pays sont en place.

P1010609    P1010611

Il ne nous reste plus qu’à nous diriger vers l’autoroute qui nous conduit à l’aéroport.

P1010615

On décolle à 17h et on quitte cette belle île en mer. Elle nous a conquis avec  ses paysages variés, l’architecture atypique de ses villes, ses vieilles américaines à chaque coin de rue ou encore son histoire qui l’a fait passée du joug des conquistadores espagnols et américains à la toute puissante révolution toujours revendiquée et affichée sur les murs. Et tout cela sous le soleil des caraïbes au rythme entrainant de la salsa.

Notre voyage a pu être possible grâce à Gina et Francis, de bien sympathiques cubains de Holguin qui ont tout organisé pour nous et grâce à Edy notre chauffeur prudent et attentionné.  Voyage sans stress et sans accroc. On apprécie toujours !!

Chez Che

Chez Che

Au lever, il pleut. Première et dernière pluie de notre séjour. On l’a échappé belle, il n’aurait plus manqué qu’il pleuve hier, notre seule journée entière sur le cayo.

P1010454

Après le petit déjeuner nous allons nous balader sur la plage. Le vent souffle fort et le sable nous fouette les mollets. Mais le contraste entre le ciel noir et l’eau turquoise est saisissant.

P1010477    P1010484

En revenant vers notre chambre on se rend bien compte des dégâts causés par l’ouragan Irma. Ici on s’est dépêché de tout remettre en ordre avant l’arrivée des touristes mais le paysage est quand même assez désolé : arbres étêtés, souches arrachées, mangrove  desséchée…

P1010491

Vers 13h, nous retrouvons notre chauffeur pour nous rendre à Santa Clara, notre dernière étape. Nous traversons une région qui nous semble assez pauvre. Les villes et villages que nous traversons n’ont souvent que la route principale goudronnée traversée par des chemins de terre. Les maisons sont petites et souvent en piteux état.

P1010523

Et nous arrivons à Santa Clara, la ville de Ernesto Guevara autrement dit Che Guevara. En cherchant à savoir ce que signifie le mot Che, 2 versions nous sont proposées : Cela voudrait dire Cubano, Hermano (frère) Ejemplo (exemple) ou tout simplement ce pourrait être une forme d’interpellation argentine, pays dont il était originaire. En tout cas, ici, il est omniprésent. Pour comprendre cela il faut savoir que c’est dans cette ville qu’eut lieu la bataille décisive de la Révolution cubaine le 28 décembre 1958. Che Guevara avec son équipe a purement et simplement pris possession d’un train blindé bourré de munitions de toutes sortes destinées à l’armée régulière. Ce fait d’armes est encore aujourd’hui célébré, notamment dans un petit musée où les wagons sont conservés ainsi que le bulldozer utilisé pour faire dérailler la loco.

P1010529    P1010535

Notre casa du jour est vraiment très élégante. Il s’agit d’une maison coloniale très bien agencée autour d’un beau patio agrémenté de fleurs tropicales.

P1010544

En fin de journée, nous arpentons les rues de la ville, charmantes.

P1010552    P1010559

P1010560    P1010570

P1010541

Et comme c’est le jour, nous allons prendre l’apéritif au Café de la Révolution. Ce café est aussi un petit musée, le propriétaire ayant réussi à récupérer bon nombre de photos et de lettres originales de l’époque. Intéressant.

P1010609    P1010611

Aux jardins du Roi

Aux jardins du Roi

Nous sommes donc désormais aux Jardins du Roi. C’est ainsi que sont nommés ces cayos. Pour commencer la journée un superbe lever de soleil. Bon ça c’est fait !

P1010378

Ensuite on prend le bus pour aller sur la Playa Pilar, soi-disant la plus belle plage du Cayo.  Eh ben c’est vrai ! Quelles couleurs ! J’en reste sans voix. Donc place aux photos.

P1010383    P1010395

P1010396    P1010410

P1010413    P1010418

P1010426    P1010425

Après avoir bien profité de l’eau et du soleil (et bu un petit cocktail au passage), on rentre à l’hôtel. Pas mal non plus. Demain nous entamons notre remontée vers la Havane.

P1010445

De la mer à l’océan

De la mer à l’océan

Nous avons poursuivi notre découverte de Trinidad hier soir après la plage. Nous approchons petit marché artisanal. Nous n’y trouvons pas grand-chose. Un peu plus loin on passe devant une épicerie locale et on ne résiste pas une nouvelle fois aux délicieux cafés de Don Pepe.

P1010281    P1010283

P1010286

Quelques déambulations supplémentaires nous amènent à la casa de la musica ou un groupe donne un concert. On s’assoit sur les marches et on profite.

P1010294

Mais notre promenade n’est pas terminée et au bout d’un moment il fait de nouveau soif. Alors à cette heure ce sera mojito et pina colada et musique, car partout les orchestres jouent.

P1010302    P1010307

P1010310

Cette fois on rentre. Nous sommes censés diner à la casa qui nous héberge mais notre commande s’est perdue on ne sait où. On finira donc sur la terrasse d’un superbe resto tout proche, Le Ceiba, du nom de l’énorme fromager qui l’abrite de ses longues branches horizontales.

Voilà pour notre fin de séjour à Trinidad. Ce matin nous reprenons notre chemin pour traverser l’île du sud au nord et passer de la mer des Caraïbes à l’océan Atlantique. 250 kms. Le paysage change et nous traversons ensuite de grands espaces envahis par la canne à sucre.

P1010315

Au bout de 4h, nous empruntons la route qui nous emmène sur les cayos (petites îles). Elle fait une trentaine de kilomètres et traverse l’océan. Superbe !

P1010327

On arrive à Cayo Coco et la couleur de l’eau est à la hauteur de nos espérances.

P1010341    P1010343

La route longe quelques hôtels épars et traverse à nouveau l’eau pour nous amener sur le Cayo Guillermo où nous allons passer 2 nuits. Nous nous installons. Et commençons par un petit désagrément : on croyait avoir une vraie vue sur la mer mais il faudra se contenter de 10cm² de vue. Ce n’est pas grave, nous sommes à 3 pas de la plage et là, la vue est libre.

P1010356    P1010360

P1010362

Au temps de l’esclavage

Au temps de l’esclavage

Lors de notre balade vespérale, un señor endimanché nous a autorisés à la prendre en photo. Il était visiblement là pour ça et pour la petite pièce qui accompagnait le cliché. Dans un bar proche, au son de l’orchestre, nous avons bu des canchancharas, cocktail local à base d’eau de vie soi-disant. En tout cas on ne l’a pas senti. Puis diner dans un restaurant du centre avec coucher de soleil fourni.

P1010201     P1010206

P1010217

Il nous reste encore un peu de temps pour faire une nouvelle promenade dans les environs de Trinidad. Aujourd’hui c’est la vallée de los Ingenios qui nous attend. Non ce n’est pas la vallée des ingénieux mais celle des moulins à sucre qui s’étaient développés ici. Il y en avait plus de 70 dans la vallée jusqu’en 1850, bien évidemment fonctionnant grâce à la main d’œuvre des esclaves. Après cette date, le cours du sucre s’effondre et les révoltes se succèdent pour l’indépendance vis-à-vis des espagnols. De cette période il ne reste pas grand-chose, quelques maisons de maitre abandonnées et des ruines. Mais avant les visites, testons un nouveau mirador. D’un côté la vallée, de l’autre la mer des Caraïbes. Pas mal !

P1010222    P1010225

Nous voilà à San Isidro de los Destiladeros. Ici c’est le grand calme. Nous déambulons sur le site en admirant les arbres immenses et en prêtant attention aux chants d’oiseaux. Un petit toctoctoc nous laisse supposer qu’il y a des pics dans le coin. Eh oui, il en a !

P1010237    P1010240

P1010260    P1010264

L’arrêt suivant ne nous laissera pas un souvenir impérissable. De Manaca Iznaga, il ne reste que la maison de maitre transformée en restaurant et la tour, remarquable par sa hauteur. Elle servait de vigie et également à sonner les heures de travail et de repos.

P1010269

Allez, on va se poser 5 minutes sur la plage d’Ancon. Y’a pas à dire la mer des Caraïbes c’est le top !!

P1010271    P1010277

P1010278Photo 271, 277 et 278

Dans la forêt tropicale

Dans la forêt tropicale

Nous avons terminé notre soirée d’hier par un diner sur la terrasse de la casa où nous avons pu profiter du coucher de soleil sur la ville et de la langouste promise !

P1010116    P1010110

Ce matin nous partons en excursion dans la sierra del Escambray, l’un des 3 principaux massifs montagneux de l’île. On nous a proposé le Rambo Tour en camion russe ou le tour pour personnes moins jeunes dans des véhicules aux sièges confortables (hyundai). Et devinez ? On a pas choisi Rambo ! Faut quand même pas exagérer !

P1010129

Donc on commence par un arrêt au mirador pour une belle vue sur la presqu’île d’Ancon et sur Trinidad

P1010120    P1010121

Ensuite on s’arrête déguster le café local servi avec une pâte de cacahuètes (café criollo). La petite production du lieu est entièrement exportée en Belgique.

P1010131     P1010134

On traverse le petit village de Topes de Collantes et nous arrivons à l’entrée du parc de Guanayara pour une petite marche dans la forêt tropicale. Nous empruntons le sentier Centinelas. On traverse la plantation de café et on commence à apprécier la végétation qui nous entoure.

P1010143

Au bout de 45 minutes nous arrivons à la cascade El Rocio, puis nous longeons la rivière Mélodieuse (c’est son nom). Au calme et à la fraicheur des grands arbres !

P1010153    P1010160

P1010163

Tout en bas de notre balade, nous découvrons la belle piscine naturelle El Venado. Certains n’hésitent pas à plonger dans cette eau cristalline. Le seul problème est qu’elle est vraiment froide. Mais le lieu est bien agréable pour récupérer avant d’entamer la remontée.

P1010167    P1010169

Sur le chemin du retour un drôle de cri d’oiseau nous arrête. Nous avons la chance d’admirer le Tocororo, oiseau emblème de Cuba (car bleu, blanc, rouge comme le drapeau),  assez rare mais en voie de réinsertion. Un peu plus loin ce sont deux piripit (nom donné en raison de son chant) qui attirent notre œil.

P1010182_a     P1010189

Nous rejoignons le restaurant car on a faim après cet exercice matinal. Puis petite pause à la casa avant de repartir en promenade dans Trinidad

 

Santisima Trinidad

Santisima Trinidad

Nous n’avons que 80 kms à faire pour atteindre notre destination du jour : Trinidad, nommée Santisima Trinidad (la sainte trinité) lors de sa création en 1514. Nous y restons 3 jours, de quoi arpenter les rues lumineuses et contempler les maisons coloniales. Mais avant cela nous prenons notre petit déjeuner dans de la porcelaine anglaise made in China

P1010031

En arrivant à Trinidad, nous nous rendons de suite à la casa où nous logeons. Belle surprise, la maison a 3 niveaux de terrasse dont un mirador qui domine la ville et la montagne environnante. Vue exceptionnelle à déguster sans modération.

P1010045    P1010047

P1010048

Nous partons déjeuner en ville en flânant dans les rues. Pas trop quand même car il fait bien chaud à 1h de l’après-midi.

P1010051    P1010054

A l’angle d’une rue se dresse l’ancien couvent St François d’Assise transformé en musée de la lutte contre les bandits. Ca ne s’invente pas. C’est en fait un musée de la révolution comme dans toutes les villes cubaines.

P1010055    P1010059

Un peu plus loin nous passons devant l’église de la Sainte Trinité (normal) et longeons la place centrale.

P1010066    P1010070

Nos pérégrinations se poursuivent tout au long de l’après-midi. Avant de rentrer à la casa où nous allons diner (langouste au menu !) nous faisons un arrêt au café de Don Pepe pour prendre un excellent café glacé (nécessaire pour nous rafraichir un peu).

P1010080    P1010086

P1010089

 

En route vers cent feux

En route vers cent feux

Nous quittons la Havane et son architecture incroyable, allant du magnifique à la décrépitude avancée, pour n’y revenir que le jour de notre départ.

P1000881    P1000882

P1000883

Nous nous dirigeons vers l’est et donc vers le centre de l’île. Nous prenons l’autoroute A1, assez peu fréquentée et nous arrivons en début d’après-midi à Cienfuegos (cent feux !). Notre logement est un hostal très cosy.

P1000891

Après une courte pause « limonada » nous cherchons un restaurant. En vain ! Alors on se rabat sur le sandwich local à 1 cuc (environ 80 cts d’euro). Pas cher et pas fameux. Pas grave on mangera mieux ce soir. On fait un petit tour de ville pour voir encore de belles maisons protégées par de beaux ouvrages en fer forgé et on rentre à l’abri de la chaleur pour 1 heure ou 2.

P1000894     P1000902

Nous repartons vers 17h pour un tour de ville. Il fait encore chaud à cette heure et nous apprécions la petite brise qui s’est levée. Les rues sont toujours aussi calmes

P1000924    P1000926

P1000903

Nous arrivons sur la place José Marti, classée au patrimoine de l’humanité. Elle est cernée de beaux bâtiments restaurés mais la végétation empêche de mesurer l’ampleur de l’espace. Nous en faisons le tour et passons devant la cathédrale, le théâtre, et même l’arc de triomphe à côté du centre culturel. C’est très propret tout ça mais il manque un petit supplément d’âme pour s’y sentir  bien.

P1000910     P1000919

P1000918    P1000921

Au bout d’un moment nous décidons de prendre deux vélos-taxi pour nous emmener à la punta gorda, la pointe de la péninsule abritant l’ancien quartier aristocratique située au sud de la ville. C’est bien sympa d’autant que notre conducteur pédalant parle très bien le français. Nous avons donc droit à une visite guidée inattendue. Ici les bâtiments sont cossus.

P1000939    P1010008

A la pointe, le temps se gâte, le ciel devient noir et le vent se lève. Nous craignons un instant une averse, mais non il ne se passe rien. Il est l’heure de l’apéro, alors nous prenons ici le meilleur mojito de la ville, dixit le serveur, et nous reprenons nos deux cyclistes pour revenir vers le centre ville pour diner.

P1010003     P1000935

 

Retour à la Havane

Retour à la Havane

Nous prenons le chemin du retour vers la Havane où nous n’allons séjourner qu’une nuit avant de partir plus à l’est. En attendant le chauffeur nous en profitons pour observer la vie locale. Le marchand d’ananas va de maison en maison pour vendre sa production. Nous nous régalons des petites maisons colorées et des vieilles voitures américaines.

P1000761     P1000764

P1000766    P1000767

Et nous reprenons notre route. A la sortie de Vinales, joli point de vue matinal sur la vallée.

P1000779

Après 2 heures de route, nous sortons de l’autoroute pour rejoindre une petite ville nommée Soroa, perdue dans un environnement tropical et pour visiter un jardin d’orchidées. Plus de 700 espèces y sont représentées, mais elles ne sont pas encore toutes en fleur. On apprécie quand même les immenses arbres et les quelques orchidées fleuries.

P1000789     P1000797

P1000808     P1000813

Arrivés à la Havane, nous déposons nos bagages à la casa et nous filons déjeuner dans le centre. En sortant nous passons sous l’arche marquant l’entrée du quartier chinois où il n’y a pas de chinois !

P1000834     P1000837

Nous cheminons dans les rues plutôt bondées à cette heure de la journée. Les voitures attendent le touriste. Il fait chaud. Nous allons nous poser dans un bar climatisé pour reprendre des forces. Quelques cocktails (sans alcool à cette heure) et ça repart.

P1000841     P1000851

P1000852     P1000864

Les gaulois sont dans la grotte

Les gaulois sont dans la grotte

Un petit tour dans la vallée de Vinales est au programme du jour. Notre choix s’est porté sur une ballade à travers les mogotes en direction de la grotte de Saint Thomas.

P1000699

Tout près de l’entrée se dresse un monument explicite : à la gloire d’un révolutionnaire certainement.

P1000705

Enfin nos yeux se portent sur l’entrée de la grotte. Tout là-haut !

P1000704

Cette grotte possède 46 kms de galeries sur 7 niveaux. Nous entrons au 6ème. Nous voilà équipés en spéléologues non avertis et comme nous ne croyons que ce que nous voyons, on y va. La montée est courte mais rude !

P1000706

Et nous voilà dans la grotte. Ca monte, ça descend parfois limite escalade. Au bout de notre parcours notre guide nous fait éteindre les lampes frontales. On fait silence. Noir complet et silence absolu. Claustro s’abstenir. Et notre guide nous dit qu’il s’en va et qu’il reviendra demain. Ah ah, ah la bonne blague, on ne l’avait pas vue venir, On reprend le même chemin, ça monte, ça descend et après 1h et demi on revient sur terre.

P1000715     P1000720

P1000724    P1000730

Allez, il est déjà midi et demi. Il nous reste une dernière visite à faire avant d’aller déjeuner (ça va être utile). On s’arrête au mur de la préhistoire. Bon pas grand-chose à en dire. Un artiste locale a peint une fresque sur la falaise. Street art à la campagne !

P1000744

En tout cas cette vallée est vraiment très jolie cernée par les mogotes et occupée par de petites maisons au toit de chaume. Les charrettes sont toujours omniprésentes. Et non ce n’est pas le chien qui conduit !

P1000738    P1000735

P1000737

En fin de journée, nous allons admirer la vue sur la vallée à l’hôtel Los Jazmines. Et ici c’est bien il y a une piscine, alors les filles en profitent pendant que d’autres sont installés au bar. On va les rejoindre pour finir la journée.