Et un dernier tour !

Et un dernier tour !

Allez, on refait les valises une dernière fois, car ce soir on rejoint le far west. Mais il nous reste encore une grande journée devant nous. Il ne pleut pas encore, mais la météo annonce de grosses averses dans l’après-midi. Il fallait bien qu’il pleuve une fois pendant notre périple. Donc ce matin, nous allons au musée ! Superbe bâtiment construit en 1994. Comme tout est symbole ici et que les chinois représentent le ciel par un rond et la terre par un carré, le musée est ainsi construit. L’intérieur est lui aussi très original.

P1150930   P1150894

   P1150924

Nous n’y passons qu’un peu plus d’une heure, mais il mériterait plus de temps.Bronzes, céramiques, calligraphie, peintures, ce condensé de l’histoire artistique chinoise est vraiment intéressant.

P1150901 P1150913

J’aime particulièrement leurs oreillers en céramique. Peut-être un peu rude pour nos nuques occidentales ?

P1150918

Nous ressortons pas l’entrée nord, directement sur la place Renmin (la place du Peuple). Cette immense place est entourée de bâtiments tous originaux, de magnolias et de camphriers. On sent bien l’odeur de camphre. Parmi les plus proches il y a le musée, la mairie, l’opéra…

   P1150929   P1150933

P1150932

Notre guide nous propose d’aller dans une fabrique de couettes et de vêtements en soie. Le vieux métier servant à dérouler les cocons simples fonctionnent toujours et on nous montre comment on détrempe les cocons doubles pour les détendre afin d’en faire des couches qui serviront à fabriquer des couettes très légères (il faut environ 60 couches). On passe évidemment par la boutique en sortant.

P1150944

Avec tout ça, il est déjà 13h30. On a faim. Notre guide qui ne doute de rien nous lâche dans un self service : de la nourriture autant comme autant, des explications en chinois : bref on pique au hasard. C’est folklorique mais ce n’est pas le meilleur repas que nous aurons fait.

P1150963

Bon, passons à la vieille ville. Nous entrons dans un quartier qui nous semble être une reconstitution et comme les explications qui nous sont données sont très succinctes, nous supposons que nous sommes dans un secteur uniquement touristique (d’ailleurs il y a beaucoup de monde) mais, pour nous, sans vraiment grand intérêt.

P1150957   P1150971

Tout à côté nous visitons les jardins du mandarin Yu construits au 16ème siècle. On y retrouve les symboles des jardins vus hier. Malheureusement, cette fois, il pleut vraiment. On fait quand même le tour en s’abritant autant que faire se peut.

P1150984    P1150992

Pour terminer notre séjour, nous sommes censés visiter l’ancienne concession française, créée en 1848, après la victoire des pays occidentaux dans la guerre de l’opium. Mais notre guide nous dépose dans Taikang lu, un ensemble de petites ruelles où boutiques et cafés se succèdent. Ici, on nous prend pour des américains : l’espresso est à 6 euros ! Et c’est tout ce que nous saurons de l’ancienne concession française.

P1160004

Et il pleut toujours. Comme il n’est que 16h30 et que notre avion décolle à minuit, notre guide nous demande si on veut aller faire une balade en bateau sur le fleuve. Mais bien sur ! On n’y voit pas à 10 mètres ! Alors on lui demande de nous emmener à l’aéroport dès maintenant. Au moins on attendra au sec !

Heureusement, cette dernière demi-journée ratée ne reflète en rien notre voyage. Nous avons découvert des villes en plein développement et déjà ressemblant fort à nos villes occidentales. Bien sur nous n’avons vu que ce que l’on a voulu nous faire voir et on peut aisément supposer que dans les campagnes et dans certains quartiers la vie est plus compliquée. Mais les infrastructures sont assez impressionnantes. Et si l’on veut un peu s’y intéresser, l’histoire de cette immense civilisation est d’une grande richesse.

Pour nous c’était vraiment une bien bonne surprise que cette immersion en terre chinoise, A renouveler donc !

 

Balades bucoliques

Balades bucoliques

Nous sortons de ShangHai ce matin en direction de l’ouest. Le trafic est dense, les habitants ont repris le travail. Après 2 h de route, nous nous arrêtons à Tongli, petite ville traditionnelle millénaire. La promenade dans la vieille ville, le long des canaux, est vraiment très agréable.Le porc laqué est déjà prêt.

P1150687   P1150688

Nous visitons le jardin Tuisi, classé au patrimoine mondial de l’humanité. Après avoir traversé les différentes salles qui composent l’habitation, nous débouchons sur un bassin joliment décorés d’arbres de toutes sortes et de rochers tourmentés

P1150704    P1150707

On reprend notre balade, mais cette fois dans une barque habilement guidée par une habitante locale. Le gouvernail a comme un air de pigouille.

P1150723     P1150727

P1150726    P1150734

On déjeune ici copieusement : porc laqué, poulet aux cacahouètes, crevettes frites et pour finir litchis.

P1150774

Notre prochaine destination, Suzhou, se trouve à 18 km au nord. Pas bien loin. Cette ville a une croissance économique de 25 % par an, de 5 millions d’habitants en 2012, elle en compte aujourd’hui environ 12 millions. De nombreux chinois du nord migrent vers cette ville car elle dispose de nombreuses industries et entreprises notamment électroniques et informatiques. C’est là que sont construits 25 % des ordinateurs portables vendus dans le monde et 65 % des souris pour PC. Dans cette course au développement économique, elle a quand même réussi à conserver sa vieille ville et ses jardins. Nous visitons le jardin du Maitre des filets. Des bâtiments de l’époque Ming (16ème siècle), des meubles en cèdre et des jardins de rocailles très paisibles qui créent de splendides tableaux naturels.

P1150807    P1150816

P1150802

Après une dernière promenade le long des canaux, on rentre à ShangHai. On termine la journée dans un magasin de vente en gros de thé pour une longue dégustation.On apprend que les meilleures feuilles de thé coulent lentement.

P1150864   P1150874

On découvre également que le thé se vend en galette et que sous cette forme il est très apprécié des collectionneurs, car comme pour le vin, il y a des thés de garde qui sont fort renommés et recherchés. Nous goûtons du thé vert, du thé blanc jeune, du thé blanc ancien et du thé au jasmin. Excellent !

P1150866

Nos vessies sont pleines, la nuit est tombée et les buildings sont illuminés. On rentre à l’hôtel.

P1150881

En amont de la mer

En amont de la mer

A nouveau, nous sommes réveillés par un concert de coqs. Nous redescendons à 7h dans le village encore endormi.

P1150561   P1150557

Nous avons un avion à prendre à 11h à Guilin. Sur la route c’est toujours l’anarchie entre les scooters, les vélos, les charrettes, les bus locaux et les voitures qui s’arrêtent sur la chaussée car il n’y a pas de bas-côtés, c’est le grand slalom !

2h de vol et nous voilà dans la ville « en amont de la mer » : ShangHai. La traduction littérale peut aussi être « la ville sur la mer ». Les rues sont vides car aujourd’hui c’est férié, toujours la fête des morts.

P1150573

On commence notre visite par une montée en haut de la tour Jinmao à Pudong pour voir le panorama. Cette visite était prévue pour après-demain mais comme la météo s’annonce pluvieuse notre guide change le programme. Pudong (l’est du fleuve) est le quartier des affaires construit à partir de 1990. On monte au 88ème étage à 340 m de haut en 35 secondes ! Il faut qu’on en parle au gérant de la Tour Eiffel. Cette tour a été construite en 7 ans. A côté, la Shanghai tower domine le quartier du haut de ses 632 mètres. Celle-ci fut construite en seulement 4 ans.

P1150582

La vue sur la ville est vraiment impressionnante surtout quand on mesure que tout cela n’a qu’une trentaine d’années. ShangHai compte aujourd’hui plus de 30 millions d’habitants et 3 millions de personnes arrivent de toute la chine chaque année. On se demande jusqu’où cela peut aller.

P1150592 P1150600

On redescend. La vue d’en bas est tout aussi belle pour qui aime les buildings. Mais nous on aime !

P1150612

Maintenant on se dirige vers  le quartier du Bund. Là, il y a foule, ce sont les touristes chinois en balade pendant les congés. Il faut dire que le paysage vaut le détour. De l’autre côté du fleuve, le Huangpu, se dresse la skyline de ShangHai composée des immeubles que l’on vient de voir de près. On admire également la tour Perle d’orient, tour de la télévision en forme de grande aiguille : le symbole de la ville.

P1150641

Sur le fleuve, un grand bateau blanc. Ce n’est pas un bateau de croisière c’est le « bac » vers le Japon. Il faut quand même 11h pour atteindre Tokyo

P1150642

On reprend la voiture pour aller dîner près de Nanjing Lu (la rue de Nankin). C’est la rue commerçante la plus ancienne de la ville.

P1150651

On dîne de bonne heure (17h30) dans un restaurant typique très prisé. Les chinois dînent tôt aussi si l’on ne veut pas attendre une table pendant des heures, il ne faut pas perdre de temps. Le dîner est excellent et nous rentrons à l’hôtel pour récupérer !

Le dos du dragon

Le dos du dragon

Nous sommes réveillés par un coq chinois qui fait cocococo (selon les dires de notre guide) !

P1150437

Nous reprenons la route pour monter vers le nord ouest. Nous avons 3 heures de route à faire qui vont en fait être longue car nous nous retrouvons dans un embouteillage en pleine campagne. Chose étrange, alors que nous sommes sur une voie à double sens, il y a bizarrement 4 fils qui se forment dans notre sens. Ca ne va pas être facile pour ceux qui viennent en face de passer. Mais ils y arrivent quand même et après une demi-heure sans savoir pourquoi, le bouchon se résorbe et nous repartons.

P1150442

Nous nous arrêtons déjeuner dans la montagne, chez les Yao Rouge, ethnie minoritaire. Excellent déjeuner encore une fois : pousses de bambous, patates douces, riz cuit dans des morceaux de bambous…

P1150452  P1150465

Les femmes yao ont une particularité : elles se laissent pousser les cheveux toute leur vie et ils restent d’un noir très profond. Elles les coupent une seule fois à 18 ans et conservent la mèche de cheveux coupée pour l’intégrer à leur coiffure quotidienne. Tous les cheveux qui tombent en se coiffant sont ramassés et assemblés dans une autre mèche qui est également incorporé à la coiffure. Coiffure très  savamment organisée et retenue par un peigne. Une femme de 50 ans  nous fait une démonstration.

P1150473

Nous déposons nos valises ici à la consigne et nous continuons notre grimpette vers Ping an, petit village de montagne de l’ethnie des Zhuang. On arrive au parking, on prend notre sac à dos avec nos affaires pour la nuit et on continue à pied. 800 m pour atteindre notre hôtel tout en haut du village ! Ici que des escaliers et des petites ruelles. Les marchandises sont transportées sur des petits chevaux et les personnes sur des chaises à porteur. Mais nous on marche !

P1150493   P1150500

On s’arrête quelques minutes à l’hôtel et on repart vers le haut pour le clou du spectacle : les rizières en terrasse du dos du dragon de Longji. Superbement sculptées sur les flancs de la montagne. Ca valait le coup de monter jusque là. Les rizières (qui appartiennent à l’état) sont exploitées par les Zhuang. L’état chinois les rémunère pour cela, sinon beaucoup seraient partis pour la ville. Le tourisme ajoute un peu de revenus à ces habitants. Les rizières sont irriguées par l’eau des torrents. Elles changent de couleur avec les saisons : argent au printemps, vert en été, jaune à l’automne et blanche en hiver.

P1150525    P1150537

P1150540    P1150550

En redescendant, nous passons près d’une tombe parée pour l’hommage aux morts

P1150516

Nous passons la nuit ici. Pas de concert de klaxon, pas de musique, le grand calme !

Demain on redescend dans la plaine pour prendre un avion vers Shanghai, notre dernière étape avant le retour.

Li – Li

Li – Li

Après 2h d’avion, nous sommes arrivés complètement au sud de la Chine, dans la province du Guangxi (l’ouest étendu) devenu la région autonome Zhuang du Guangxi en raison d’une très forte présence de la minorité Zhuang (environ 15 millions de personnes sur les 45 millions de la province). En Chine, il y a 56 ethnies, les Han représentent 95 % de la population et les 55 autres ethnies (les minorités) représentent 5 %. Cette province est limitrophe avec le Vietnam. Ici il fait plus chaud et le paysage a changé. En arrivant à Guilin, nous avons été accueillis par notre guide locale, prénommée Li. Ce matin, comme nous avons un peu de temps, nous faisons une promenade le long de la rivière de la pèche, un affluent de la Rivière Li. Aucun point commun entre les deux « Li ». D’ailleurs cela ne se prononce pas de la même façon. Oui cela semble bizarre, mais c’est comme ça !

P1150264    P1150274

Le bac pour traverser la rivière semble assez confortable.

P1150270

Nous embarquons pour une croisière sur la rivière Li à 10h pour environ 4h en direction du sud vers Yangshuo. Le paysage est vraiment incroyable. La rivière serpente entre des pains de sucre en calcaire. Il y en a, parait-il, environ 100 000 dans cette région.

P1150308 P1150344

P1150357

Dans les villages environnants, les bamboo boats se pressent pour permettre aux touristes (principalement chinois toujours) de faire un tour sur la rivière. Mais tout se perd, et les barques en bambous traditionnelles sont désormais remplacées par des embarcations en PVC !

P1150316

Ce site est également connu dans toute la Chine car il figure au dos du billet de 20 yuan.

P1150349

Nous arrivons à Yangshuo à 14h. Un petit besoin physiologique se fait sentir (notre guide nous demande si nous voulons chanter ou chanter l’opéra, quelle image!). Bref, il faut qu’on s’arrête dans des wc publics. Il y a du monde, alors on attend notre tour. Au bout d’un moment notre guide entrouvre une porte et nous demande si nous voulons entrer pour éviter l’attente : c’est une grande pièce avec 5 wc à la turque et une cuvette trônant au milieu. Alors finalement, nous n’y allons pas. Mais nous avons pu constater que les chinois n’éprouvent pas le besoin de se cacher derrière une porte pour laisser la nature agir. Nous, nous avons encore à faire avec notre éducation judéo-chrétienne. Alors on ferme la porte !

En sortant, nous commençons notre promenade. Les marchands, installés le long d’une grande allée, vendent tous la même chose ! Il y a foule, c’est dimanche et c’est les congés de la fête des morts. En plus dans cette région s’y ajoute la fête des chansons de montagnes. En plus il fait beau et chaud. Bref tout le monde est dehors. Nous traversons la ville à pied pour rejoindre notre hôtel et faire une petite pause avant de ressortir poursuivre notre exploration des lieux.

P1150376  P1150413

En fin d’après-midi, la foule se presse dans les rues devant les étals de nourriture et de babioles en tout genre. Des danseuses de la minorité miao en costume typique invitent les passants à les rejoindre. J’y vais !

P1150389  P1150417

La nuit tombe, la foule se fait dense et le bruit s’intensifie : spectacles variés et camelots vantant leur marchandise. Belle soirée !

P1150430  P1150421

P1150431

Calligraphie et raviolis

Calligraphie et raviolis

Nous restons à Xi’an aujourd’hui. Notre première visite nous conduit à la Petite  Pagode de l’Oie Sauvage, temple fondé au 7ème siècle. La pagode à 13 étages a réussi à résister à plusieurs séismes. Ce serait du à la forme hémisphérique de ses fondations.

P1150156  P1150166

Ses jardins sont vraiment agréables au petit matin. Les habitants ne s’y trompent pas et viennent y faire leurs exercices de tai chi quotidiens ou viennent danser ensemble à grand renfort de musiques en tous genres. D’ailleurs certains voisins s’en plaignent.

P1150148   P1150158

On poursuit cette visite par une démonstration de calligraphie, avec un artiste qui parle parfaitement français. En témoigne son utilisation de la formule « minute, papillon » pour nous faire attendre ! Puis on fait une courte pause dans une boutique d’objets en jade. Très beaux, mais très chers.

On est un peu en avance pour le déjeuner alors on se balade dans un petit marché : fruits et légumes, viandes à l’air libre, pain, poissons bien vivants à pêcher pour consommer, épices, on y trouve tout ce qu’on veut.

P1150178  P1150176

 

Dans la rue tout est possible, même un petit garçon cul nu : c’est la méthode de l’hygiène naturelle infantile et économique car on n’a pas besoin de couche. J’imagine bien ça en France.

P1150187

Et on va déjeuner. Aujourd’hui c’est banquet de raviolis : au total 15 sortes de raviolis nous sont servies (au porc, aux crevettes, à la patate douce, au poisson, etc…) Tai haochi le (trop bon !)

P1150189

Comme on est un peu lourd après cet excellent déjeuner, rien ne vaut une petite marche digestive sur les remparts construits au 14ème siècle. Un vrai boulevard !

P1150201   P1150199

En redescendant on entre dans la vieille ville. Les boutiques de calligraphie pullulent avec des pinceaux de toutes tailles, du papier de riz à foison, des livres d’exercice en pagaille. Superbe.

P1150214   P1150217

On termine notre visite à Xi’an par la Forêt de Stèles : l’histoire de la Chine de 206 avant JC à 1911 gravée dans la pierre. Pour nous évidemment c’est du chinois mais le travail est remarquable.

P1150228   P1150235

Dans la dernière salle, des personnes sont occupées à faire des reproductions des stèles. Système ingénieux et parfaitement rôdé.

P1150254   P1150241

Il est maintenant l’heure de se diriger vers l’aéroport. Beaucoup de monde sur la route car les 3 jours prochaines c’est la fête des morts et donc congés.

On poursuit notre voyage vers le sud !

Impérial !

Impérial !

Arrivés à 9h à Xi’an (« la paix de l’ouest »), chef lieu de la province du Shaanxi, nous sommes accueillis par des coqs car cette année est l’année du coq dans le calendrier chinois.

P1150032

Nous prenons la route aussitôt le petit déjeuner avalé dans un hôtel près de la gare. Point de départ de la route de la soie, cette ville de 10 millions d’habitants a été autrefois le centre du monde chinois, puis est tombé dans l’oubli avant de redevenir très prisée à partir de 1974, date à laquelle un paysan découvrit de bizarres morceaux de poterie en creusant un puits. Il venait de trouver l’armée enterrée du 1er empereur Qin (prononcez tchine) datant de 2700 ans ! Cet empereur qui a unifié la Chine, sa monnaie, sa calligraphie, ses poids et mesures, etc… a également décidé de construire une armée en terre cuite pour l’accompagner dans sa tombe. On estime à 8 000 le nombre de soldats, de taille allant d’1m70 à 1m90. Tous les vêtements sont différents, tous les visages sont différents. Seuls 2 000 sont visibles, les autres sont encore sous terre et il est fort probable qu’ils y restent. En entrant dans le grand hall, l’armée nous fait face et c’est wahoo !

P1150034 P1150054 P1150058   P1150050

On reste là bouche bée, en admiration sur les détails. Les premiers rangs ont été reconstitués alors que plus loin se trouvent tous les morceaux qu’il reste à assembler. Gigantesque puzzle ! Il faut 2 ans et demi pour reconstruire 1 seul soldat.   

P1150075  P1150077

3 immenses fosses sont ouvertes au public. Elles sont en partie encore couvertes de terre et le resteront probablement..

P1150093

La puissance de Qin se situait dans ses armes et notamment dans ses arbalètes qui étaient toutes marquées du nom de leur constructeur. Si l’arbalète présentait un défaut dans un combat, le fabricant avait la tête tranchée. Assurance qualité expéditive et probablement efficace !

Après déjeuner, on revient dans le centre de Xi’an pour une balade dans le quartier musulman occupé par la minorité hui. Les musulmans représentent seulement 1% de la population chinoise soit 13 millions. Les rues sont très animées et il y a de la nourriture pour les fous et les sages.

P1150108 P1150112

P1150110

On emprunte une toute petite ruelle pour aller visiter la mosquée la plus ancienne construite en 800. Rien à voir avec les mosquées traditionnelles. Pas de minaret qui domine et des allures de temple chinois. D’ailleurs l’appellation chinoise est « temple hallal ».

P1150128   P1150124P1150130

Il est maintenant temps de rentrer faire une pause à l’hôtel.

Petit bond dans le passé

Petit bond dans le passé

Pingyao a réussi à préserver miraculeusement son centre historique des guerres contre les anglais, contre les japonais, de la guerre intérieure (guerre civile menant à l’avènement de Mao). Notre hôtel est installé dans une maison traditionnelle et notre lit est un « kang », large lit en brique (dur) chauffé par en dessous (pas en ce moment, il ne fait pas assez froid).

P1140893

Nous visitons la ville en commençant par la porte Sud et les remparts très bien conservés et/ou rénovés. On domine les toits serrés des demeures anciennes.

P1140929  P1140944

Sur les remparts, nous admirons les reconstitutions en bronze de personnages d’époque. Ici les veilleurs de nuit, très utiles pour signaler les départs d’incendies qui pourraient se propager facilement d’un toit à l’autre.

P1140938

En redescendant, on s’arrête au Temple de Confucius. On nous explique les paroles du Sage : chacun à sa place et la femme à la cuisine. Quelle belle idéologie originale ! Les étudiants viennent ici déposer de petites plaquettes rouges en faisant le  vœu de réussir à leurs examens. Les enseignements de Confucius y sont également illustrés, ils s’adressent évidemment aux mâles : respecter les rites, maitriser la musique, l’écriture, le tir à l’arc, la conduite des chars et la science des nombres.

P1140948  P1140954

P1140956

Il en a dit des choses, ce gars là. Il décrit les différentes phases de la vie ainsi :

à 30 ans, c’est le temps de choisir un métier

à 40 ans, c’est le temps des réponses, ce n’est plus le temps des questions

à 50 ans, c’est le temps d’enseigner

à 60 ans, c’est le temps d’écouter les bonnes paroles et de rejeter les mauvaises

à 70 ans, c’est le temps de faire ce qu’on veut. Il était temps !

Ensuite on visite le Temple Taoiste des Dieux de la Cité. Il y en aura pour tout le monde. Les salles dédiées au dieu de la richesse, au dieu de la cuisine, au dieu de la ville se succèdent sans oublier la reconstitution très imagée des Enfers et des tortures qui attendent les pauvres pêcheurs.

P1140968   P1140973

P1140985

A l’intérieur des calligraphes sont au travail.

P1140986

Il est l’heure d’aller déjeuner à l’hôtel. En revenant on en profite pour étudier la nourriture vendue dans la rue. On goûte les gâteaux de lune faits avec de la farine de millet. C’est bon.

P1140913    P1140992 P1140924

Avant de reprendre notre route vers le sud, on fait une dernière visite à la première banque ouverte à Pingyao en 1823 : la banque Rishengchang. A l’époque on échange lingots d’argent et lettres de change. Cette petite ville devint alors un des plus grands centres financiers de Chine, mais pour seulement 100 ans, car les banques fermèrent en 1932 entrainées dans la chute de l’empire.

P1150008

On reprend ensuite notre véhicule pour revenir prendre notre train de nuit à Taiyuan. En chemin on s’arrête à la résidence de la famille Qiao pour une dernière balade. Résidence impressionnante par son nombre de cours et de bâtiments. On apprend comment de génération en génération la maison s’agrandit et la liste des codes qui déterminent qui habite où et comment se déroule la vie de famille : les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre, les servantes mariées de préférence pour éviter que les fils de la maison s’en occupent, etc… Les derniers héritiers ayant émigré, la maison est désormais la propriété de l’état. C’est ici que fut tourné le film « épouses et concubines » en 1991.

P1150020  P1150030

Et on a mal aux jambes. La journée s’avance, on arrive à la gare et on s’installe dans la salle d’attente VIP pour 3 heures, notre train ne partant qu’à 22h45. On continue notre route vers le sud.

Intermède

Intermède

Avant de partir, nous prenons quelques instants pour sortir dans le quartier de l’hôtel. Pas très loin, dans un petit parc, nous regardons un groupe jouer au jianzi (ça se prononce tiènnsse). Ce jeu traditionnel chinois se joue avec un petit objet à plume qu’il faut se passer en jonglant avec les pieds. Ce n’est pas si facile.Tandis que plus loin une discussion s’est instaurée autour de la calligraphie de caractères : à l’eau sur le sol

P1140858  P1140861

En quittant Dengfeng, une statue monumentale sur fond de grues attire notre attention. Il est vrai que le développement de l’urbanisation ne passe pas inaperçu.

P1140866

Nous partons pour Zhengzhou, capitale du Henan (qui signifie « sud du fleuve »), province de 100 millions d’habitants, berceau de la civilisation chinoise, pour prendre le TGV local (c’est vrai qu’il est à grande vitesse) dans une gare surdimensionnée, moderne et ultrapropre.

P1140872   P1140877

Après 3h de voyage, notre train, qui se dirigeait vers le nord, change de direction en gare de Shijiazhuang vers l’ouest. Tous les passagers se lèvent et nous font des signes : il faut tourner les sièges pour se retrouver à nouveau dans le sens de la marche.  Quelle organisation !

P1140874   P1140882

Nous allons à Taiyuan, capitale du Shanxi (« à l’ouest des montagnes »), petite province de 34 millions d’habitants, limitrophe du Désert de Gobi et productrice du tiers du charbon chinois. On trouve aussi ici une énorme usine d’acier inoxydable. C’est là que nos casseroles sont fabriquées, sous-traitées par les grandes marques. A noter que je sous-traite aussi la mise en ligne de ce blog à un petit français sous-payé, en raison d’un wifi certes bon, mais sans accès à Google, Facebook, MSN et autres réseaux occidentaux, dont Anavole. Les joies de la mondialisation sélective !

Nous arrivons à Pingyao en fin de journée après 2 heures de route (100 km). Il faut dire que la circulation dans ces grandes villes est toujours problématique.Nous nous installons à l’hôtel avant de faire une petite promenade nocturne. Les boutiques de vinaigre, spécialité du coin, sont nombreuses. Jarres noires pour le vinaigre, jarres blanches pour l’alcool.

P1140904

Bouddha assis et moines bondissants

Bouddha assis et moines bondissants

Après une nuit brinquebalante dans le train, nous avons le plaisir d’admirer le lever du soleil sur le fleuve jaune.

P1140720

Nous arrivons à Luoyang, ville moyenne dite de 3ème catégorie. En fait de ville moyenne, 6 millions d’habitants y vivent. C’est un peu démesuré. Quand on leur dit que nous habitons dans une ville de 60 000 habitants, ça les fait rire ! Notre étape dans cette région va nous permettre de découvrir les grottes de Longmen (grottes de la porte du dragon). Site incroyable à flanc de montagne, percé de milliers de niches occupées par des milliers de bouddhas de toutes tailles sculptés dans la roche calcaire (il y en aurait eu plus de 100 000 !). Ces grottes ont été créées en 494 et développées sous la dynastie Tang. Évidemment le site a été pillé à plusieurs reprises et les petites statues ont disparu ou ont été décapitées. Les grandes sont elles encore sur place. Impressionnant !

P1140779    P1140738 P1140766   P1140777

L’anecdote du jour est que pendant notre visite nous étions cernés par des centaines de lycéens chinois en voyage scolaire (tous bien ordonnés par groupe) qui visiblement n’avait jamais vu un européen en vrai. On a donc joué à Brad Pitt et Angelina Jolie en acceptant de nous faire prendre en photo avec les uns et avec les autres. On n’a pas donné d’autographes mais ça nous a bien amusé et les jeunes aussi.

P1140728    P1060883

En repartant, nous passons de l’autre côté de la rivière Yi ce qui nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur cette incroyable falaise de plus d’un kilomètre de long

P1140782

Notre journée n’est pas terminée et après un repas végétarien, nous allons visiter le temple de Shaolin sur la pente de la montagne Songchan, lieu de naissance du plus célèbre des arts martiaux chinois : le kung fu.

P1140798

Ici les étudiants en kung fu sont légion : il y en aurait plus de 35 000. Sur le site du temple, l’école est renommée et publique et c’est l’heure de l’entrainement. Là, ça nous arrête un moment car ça ne rigole pas !

P1140813   P1140815

Ensuite on assiste à une démonstration par les moines Shaolin,

P1140825

Puis nous visitons le temple avec ses ginkgo biloba centenaires et ses cours et ses autels successifs. L’encens est partout présent et de fervents disciples effectuent leurs prières.

P1140829    P1140840

P1140838   P1140841

La journée se termine par la visite du cimetière et de ses stupas,

P1140850

puis on prend une navette pour revenir à la voiture parce qu’on a mal aux jambes ! Mais quelle belle journée !