La péninsule de Troll

La péninsule de Troll

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Grand soleil ce matin et une belle journée d’été annoncée. Nous approchons petit à petit de la fin de notre grande boucle autour de l’île. Un peu plus vers l’ouest chaque jour. Mais nous sommes encore dans le nord. Et devinez quoi ? On va voir une cascade. C’est bizarre non ? Celle ci s’appelle Godafoss ou la chute des Dieux provoquée par la rivière Skalfandafljot (décidément au niveau des noms ça ne s’arrange pas). On raconte qu’après la conversion de l’Islande au christianisme en l’an 1000, un chef de clan aurait jeté les anciennes idoles dans la cascade. Joli débit encore pour cette chute pas très haute mais photogénique.

Notre journée va être consacrée au tour de la péninsule de Trollaskagi (de Troll donc). Mais ne me demandez pas ce que viennent faire les trolls dans l’histoire, je n’en sais rien ! Nous commençons par un arrêt dans la ville d’Akureyri, 2ème plus grande ville d’Islande avec 18000 habitants après la grande agglomération de Reykjavic. Deux bateaux de croisière y sont amarrés. On s’en était douté en voyant arriver environ 400 personnes à la chute de Godafoss. Ça craint pour les pauvres touristes avides de zone désertique que nous sommes.

Juste avant d’arriver nous avons emprunté un tunnel payant de 7 km. La particularité c’est qu’il faut se connecter au site gérant le tunnel sous 3 heures pour payer afin d’éviter une amende salée. Il faut le savoir !

Dans la ville nous marquons une pause devant l’église qui a été construite par l’architecte qui a construit l’église de Reykjavik. Il y a une certaine ressemblance même si celle-ci est ridiculement petite à côté de sa grande sœur. Autre particularité de la ville, les feux rouges en forme de cœur. Ils ont été installé pour redonner le morale à la population après la grosse crise de 2008 qui a vu l’effondrement du système bancaire islandais. Pas sure que ce soit efficace !

   
Nous longeons l’Eyjafjordur. C’est très apaisant comme paysage. Nous ne croisons pas grand monde. Les fermes et les maisons sont très éloignées les unes des autres. On se demande comment ils font pendant l’hiver. Il faut surement être né ici pour y vivre.

   
Avant d’arriver à Siglufjordur, encore un tunnel, mais celui-ci n’a qu’une voie et il mesure environ 4 km. Ok, on y va. Nous sommes du côté qui doit laisser le passage. Des espaces sont aménagés régulièrement sur le côté et comme par hasard ici on croise du monde. Très drôle !

Après 2 autres tunnels à double voie, nous arrivons à Siglufjordur, cette fois c’est le point le plus au nord de notre tour. 46 km du cercle polaire et nous somme sur l’océan glacial arctique. Mais on ne s’en rend pas compte aujourd’hui. Cette petite ville a été longtemps la capitale de la pêche au hareng jusqu’en 1968, les crevettes ayant détrôné le hareng.

   
On contourne la péninsule et nous voilà du côté du Skagafjordur. Nous longeons le lac Miklavatn.

Nous passons à Hofsos, tranquille.

   
Encore une jolie petite église, son nom : Grafarkirkja.


Et nous terminons cette étape près de Varmahlid à Bakkaflot. Ici on a le droit à une piscine et deux bains extérieurs bien chaud. Ça fait du bien.

2 Responses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *