En longeant la côte ouest

En longeant la côte ouest

Avant notre départ de Stykkisholmur, nous faisons un petit détour pour voir de plus près l’église qui domine la petite ville. Originale, c’est le moins que l’on puisse dire.

Aujourd’hui nous allons faire le tour de la péninsule de Snaefellsnes. Sauvage par endroit, champêtre à d’autres, elle est surtout dominée par le majestueux Snaefellsjokull, point de départ du Voyage au Centre de la Terre de Jules Verne. Pour commencer cette journée, nous partons sur une piste à l’intérieur du champ de lave de Bersekjahraun. Comme souvent le matin, le temps est un peu couvert et le vent toujours persistant.


En reprenant la route principale nous assistons au marathon des moutons. Bon d’accord, il ne sont que 3, mais ils prennent bien leur place sur la route.

Chemin faisant nous apercevons une petite bourgade dans le lointain. C’est Grundarfjordur, l’un des plus gros port d’Islande. On ne dirait pas ! Il est dominé par le Kirkjufell ou « montagne église ». Nous n’avons pas vu de ressemblance avec une église !

Le passage à Olavsik ne laissera pas un souvenir impérissable.

Nous arrivons ensuite à une petite plage de sable blond. Ça mérite d’être remarqué car jusqu’à présent nous n’en avions pas encore vu. C’est la plage de Skardvik. En poussant plus loin voici le phare de Ondverdarnes et sa couleur caractéristique des phares du coin.

   
Pendant ce temps le Snaefellsjokull se montre alors que c’est très rare. Nous avons de la chance. Il est déjà l’heure de déjeuner. Pique-nique pour changer, mais avant il faut passer aux toilettes. Lave de tous les côtés !

   
Le cratère de Saxholl se dresse au bord de la route avec son cône étété.

Ah nous retrouvons les plages de sable noir. Ici c’est à Djupalonssandur.

Nous passons sur la côte sud de la péninsule et nous voyons maintenant une autre facette du glacier. A Arnarstapi, c’est un drôle de géant qui nous accueille. Il s’agit de Bardur, mi homme, mi ogre qui protège la péninsule. La côte est toujours splendide.

     

Nous arrivons à Tradir, lieu de notre pause quotidienne vers 17h. Il n’est pas tard, on a le temps de se promener sur la plage tout près de notre guesthouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *