La boucle est bouclée

La boucle est bouclée

Dernier jour autour de l’Islande. Nous quittons la côte pour nous enfoncer à nouveau dans les terres. Nous suivons le cours de la Hvita qui sinue tranquillement à travers des prairies ponctuées de fermes éparses. Au loin le glacier Langjokull (le long glacier) que nous avons découvert lors de notre premier jour. Cette fois nous voyons sa face ouest. Pas facile de le distinguer du ciel.

Nous traversons ensuite une remarquable coulée de lave appelée Hallmundargraun. Impressionnante !

   
La route s’enfonce vers l’est puis repart vers l’ouest au fond de la vallée de Borgarfjordur qui était un ancien fjord, depuis comblé par la lave. Sur la rive sud de la Hvita, l’eau jaillit de la falaise sur 150 m de long et donne naissance à la chute Hraunfossar.

   
En remontant un petit peu on atteint Barnafoss où les remous très puissants passent sous un pont de pierre. C’était donc la dernière chute de notre parcours.

   
Un autre glacier nous apparait : c’est le Eiriksjokull.

Tiens ça fume là-bas. C’est la Deildartunguhver (encore un nom à coucher dehors !), source chaude ayant le plus gros débit d’Islande. Elle alimente des bains chauds tout près et tout autour permet la culture de légumes sous serre. D’ici part une canalisation de 74 km qui alimente le chauffage de plusieurs villes et villages.

   
En fin de journée nous nous installons à Keflavik, tout près de l’aéroport car notre avion décolle demain matin à 7h20. Mais comme il n’est pas encore trop tard, nous en profitons pour faire un tour au bout de la péninsule de Reykjanes. Là aussi constituée de coulées de lave, la péninsule est à son extrémité quasi désertique. On retrouve ici la faille entre la plaque nord américaine et la plaque européenne, symbolisée par un pont entre les continents.

   
Il nous reste à voir une dernière petite église isolée, celle de Sandgerdi. Ici nous passons à travers une nuée de sternes qui nichent près de la mer et nous dinons près du port.

   

Et voilà, après 3 500 km nous sommes revenus à notre point de départ.

Takk Fyrir  ! Bless bless  (merci ! au revoir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *