Tag Archives: cambodge

Dernier marché

Dernier marché

Nous ne perdons pas une minute de notre voyage. Et pour notre dernière demi-journée nous partons en touk-touk vers le marché central de Phnom Penh

Ce marché est très varié : de la nourriture (poissons frais et poissons séchés, viande, fruits et légumes, petits restaurants…) et des vêtements de toutes sortes

La bouchère est assise sur son étal !

Dernière photo d’un étal de fruits colorés.

Et nous nous dirigeons vers l’aéroport !

Encore un magnifique voyage, il nous reste des souvenirs et des images superbes dans la tête. Jusqu’au prochain départ !

Cabanes et palais

Cabanes et palais

Nous reprenons la route vers Phnom Penh où nous devons prendre l’avion demain après-midi. Mais il nous reste encore un peu de temps pour profiter de la chaleur et du Cambodge. Nous parcourons 314 km à travers la campagne profonde. Seules les routes principales sont goudronnées. Les habitants vivent au rythme de la culture du riz dans leurs maisons sur pilotis. La partie basse de la maison est donc ainsi naturellement climatisée.

 

Le long de la route nous faisons plusieurs arrêts : dans un village où l’on sculpte le grès

dans un marché où l’on vend toutes sortes de bestioles grillées : araignées, sauterelles, cafards… Beurk !

Après 6h de route, nous entrons dans un gros embouteillage à Phnom Penh. Nous allons passer 2h pour faire 10 km. Nous en profitons pour regarder les transports locaux : des personnes aux poteries et toujours avec les mobylettes

 

Enfin nous arrivons au Palais Royal pour une visite expresse car il ferme à 17h. Le site est magnifique.

Nous visitons ensuite la Pagode d’argent qui tient son nom de son dallage en argent. Cette pagode où se trouve un Bouddha en or (90 kg) est vraiment magnifique. Son jardin accueille les stupas des rois (caveau qui renferme leurs cendres) et une galerie recouverte de fresques

 

Nous terminons notre découverte de Phnom Penh par un passage sur la Colline de Mme Penh (d’où le nom de la ville) où un temple a été construit au 14ème siècle.

  

3 ans, 8 mois, 20 jours

3 ans, 8 mois, 20 jours

C’est le leitmotiv de nos guides cambodgiens. Il fait référence à la période allant du 17 avril 1975 au 16 janvier 1979. Période noire s’il en est.

Voici en quelques mots leurs récits qui nous ont véritablement émus :

« Je vivais à la campagne avec mes parents. J’y ai fait mes études jusqu’au BEPC. Puis je suis parti à Phnom Penh chez mon frère pour poursuivre des études supérieures en mathématiques. Pendant ma première année d’étude intervient le coup d’état. Les khmers rouges évacuent les villes. Je suis déporté à la campagne dans un camp de travail. Il s’agit en fait de travaux forcés. 85 % de mes camarades de promotion mourront dans ces camps. On nous demande de travailler dans les rizières (plantation du riz, creusement de canaux d’irrigation, destruction des digues). On nous alimente de bols d’eau de cuisson de riz avec quelques grains de riz qui flottent. La famine : vous ne pouvez pas savoir ce que c’est. Quand votre esprit ne pense qu’à manger, tout est bon : les tiges des nénuphars, les racines de lotus, les jacinthes d’eau…Je suis la fleur qui pousse sur la pierre, vous êtes la fleur qui pousse dans le jardin. Il fallait toujours sourire, ne pas avoir l’air triste, aimer la révolution sinon quelqu’un venait vous réveiller dans les dortoirs la nuit et vous disparaissiez simplement. »

Une des premières cibles des khmers rouges était la religion. Ils ont éliminé les pagodes, déporté les bonzes à la campagne selon le slogan « qui travaille mange, qui ne travaille pas ne mange pas ». Les vénérables et les plus érudits ont été exécutés immédiatement dans les pagodes.

L’élimination de la propriété privée a également été engagée : les rizières étaient privées, les digues entre les parcelles représentaient les limites des propriétés privées. Les khmers rouges les ont détruites puis en on fait reconstruire de nouvelles pour faire des carrés d’1 hectare : les rizières de la classe prolétarienne. Après la libération il n’était pas possible de distribuer les terres car il y avait beaucoup de jeunes veuves. 1/3 de la population avait disparu sous la persécution des khmers rouges (plus de 2 millions d’habitants). Les terrains ont été attribués à des groupes de solidarité constitués de 100 familles pour récolter le riz. Entre 1979 et 1985 les rizières ont été restituées aux familles à raison de 20 ares par personne (20 m x 100 m).

Les khmers rouges avaient imposé la couleur noire, supprimé la monnaie, brûlé les billets. Les intellectuels ont été éliminés (médecins, instituteurs…). Les médecins survivants se sont cachés à la campagne. Le gouvernement a finalement eu besoin des médecins. Il voulait rouvrir la faculté de médecine mais il n’y avait plus d’enseignants. 50 médecins ont été retrouvés sur les 850 existants avant. La faculté de médecine a réouvert en 1987.

Bijou et Joyau

Bijou et Joyau

Notre programme du jour ne comporte que 2 visites, mais quelles visites !

Nous commençons par le temple de Banteay Srey, situé à une trentaine de kilomètres de Siem Reap. Il n’est pas très grand mais sa construction en grès rose et ses fines sculptures en font en petit bijou. Complètement oublié, enfoui dans la végétation, il fut redécouvert par hasard en 1914. Il est composé de 3 tours dédiées à la Trinité du Bouddhisme : Shiva, Vishnou et Brahma.

  

Et nous terminons notre séjour à Siem Reap par le joyau des temples : Angkor Vat (prononcé wat). Ce temple dédié à Vishnou est immense. Il est entouré d’une douve de 190 m de large et la surface totale du site est de 200 ha. Nous entrons par la chaussée qui traverse les douves.

 

Partout des apsalas sont sculptées. Ce sont des danseuses khmères. Il y en aurait environ 2000 disséminées partout dans le temple.

L’intérieur du temple est superbe et il nous faut 3 heures pour en explorer les galeries recouvertes de fresques d’un réalisme saisissant

Nous quittons Angkor avec cette image dans les yeux d’une construction du 12ème siècle incroyablement conservée.

Angkor, la Capitale

Angkor, la Capitale

C’est bien d’une capitale dont il s’agit ici, construite par les rois successifs  du Cambodge entre 802 et 1432. Parmi les 300 temples que compte le site, nous n’en verrons que quelques uns.

Grande journée très chaude ( 43°) pour découvrir une des merveilles du monde.

Ni les photos, ni les mots ne suffiront pour rendre compte des impressions laissées par cet incroyable ensemble architectural.

Nous commençons à 8h par le temple Bak Sei Cham Krong, élégante pyramide en latérite et brique.

Puis nous entrons sur le site d’Angkor Thom, une des plus grandes cités khmères, par la porte sud. Des statues longent le pont qui mène à cette porte. A gauche les Dieux souriants, à droite les Démons grimaçants.

  

Puis nous arrivons devant le Bayon, impressionnant par le nombre de visage de pierres. On dénombre aujourd’hui 37 tours. Il y en aurait eu 54.

Les fresques et les sculptures sont d’une finesse incroyable et pour certaines remarquablement conservées.

La visite du temple du Baphuon est elle aussi impressionnante. Ses galeries ont été rénovées par la France dans les années 60.

Puis nous visitons successivement le temple de Phimeanakas

le temple de Prasat Kravan dédié à Vishnou

    

Et pour finir cette journée le temple de Ta Prohm, incroyable intégration des pierres et des fromagers géants

    

Quand on voit les amas de pierres numérotées au pied des bâtiments on imagine le travail qu’il a fallu réaliser pour les reconstituer et on imagine également le travail qui reste à faire pour rendre à ce site sa splendeur passée.

Et nous voilà au Cambodge

Et nous voilà au Cambodge

Nous partons tôt ce matin à bord d’un bateau « express » en direction de Phnom Penh. C’est un moyen plus sympathique de circuler. Les pêcheurs sont déjà au travail

En plusieurs endroits on croise des bacs très fréquentés

 

Et des stations essences flottantes, car il faut bien alimenter les petits moteurs des barques

Et voilà la douane, flottante elle aussi. Nous quittons le Vietnam. Un peu plus loin nous descendrons à terre pour contrôle des visas et des passeports avant de reprendre place dans le bateau.

Enfin après 5h de navigation nous arrivons à Phnom Penh. Nous n’avons que le temps de visiter le Musée National, superbe bâtiment, et ses collections de statues géantes en grès avant de repartir pour l’aéroport.

     

1 heure de vol et nous arrivons à Siem Reap où nous allons séjourner plusieurs jours.