Tag Archives: jordanie

Un coup d’oeil sur Israël et retour en Europe

Un coup d’oeil sur Israël et retour en Europe

Lever 7h. Nous entamons notre dernière journée en Jordanie. Les valises sont chargées dans le bus et nous partons vers l’extrême nord du pays.
Nous traversons Irbid, 2ème plus grande ville après Amman et la zone la plus fertile du pays. Nous allons à Um Qeis, ancienne Gadara, ville romaine construite sur une colline avec vue imprenable sur le Lac de Tibériade,

le plateau du Golan

et la vallée du Yarmouk.

Nous dominons la frontière entre la Jordanie, la Syrie et Israël. Les check points sont là aussi très régulier en raison de la proximité avec Israël. Rien à dire sur les ruines hormis un petit théâtre en basalte bien conservé.La vue fait l’essentiel du site.

          
Nous repartons vers Pella, lieu d’une cité antique encore enfouie aujourd’hui en grande partie sous les collines. Déjeuner dans un restaurant qui surplombe la cité avec une vue extraordinaire sur la Vallée du Jourdain.


Sur le chemin qui nous ramène à Amman, arrêt à Salt, ancienne capitale de Jordanie, où nous visitons le souk. Il nous reste encore quelques heures avant le diner qui seront occupées par la visite des beaux quartiers d’Amman (vive la répartition des richesses). Enfin vers 19h30 diner dans un superbe restaurant bizarrement appelé « le Don Quichotte ». Le diner est original , le cadre est très agréable. Départ vers l’aéroport à 22 h pour un décollage à 1h45. Arrivée à Paris à 5h45 heure locale puis redécollage à 9h35 pour Nantes. Arrivée à Niort à 14 h.

La mer morte : on se sent léger

La mer morte : on se sent léger

Nous repartons vers le nord par le Wadi Araba qui longe la frontière avec Israël. Les styles de déserts se succèdent. Un vent de sable s’est levé et l’horizon est bouché. Par endroit le sable envahit la route. On voit néanmoins les montagnes d’Israël puisqu’à certains endroits la frontière est très proche.

Notre bus s’arrête régulièrement aux check points pour contrôle. Avant la paix avec Israël en 1994, les contrôles avaient lieu tous les 5 kilomètres. Le guide nous explique que le long de la frontière il y a un no man’s land d’un kilomètre où le sable est régulièrement étalé pour détecter les traces de pas de ceux qui veulent franchir la frontière illégalement.
En fin de matinée nous approchons de la Mer Morte et apercevons la grotte de Lot dont la femme avait été changée en statue de sel après s’être retournée vers Sodome et Gomorrhe. Nous nous arrêtons au Dead Sea Spa Hotel pour déjeuner puis pour un bain dans la Mer Morte. Nous flottons et il est impossible d’enfoncer les épaules dans l’eau. Nager est également impossible puisque les pieds sortent de l’eau lorsqu’on se met en position pour nager.

   

La Mer a 33 % de sel (la Méditerranée en contient 5 %). Malheureusement le paysage est bouché par le vent de sable. Ensuite douche obligatoire pour se débarrasser du sel. La Mer Morte est le point terrestre le plus bas du monde (-420 m) et la température y est étouffante : 40 °.
Nous poursuivons notre route vers le nord et revenons à Amman où la température a chuté à 24 ° et où le vent souffle assez fort une partie de la nuit.

Un désert rouge : le wadi rum

Un désert rouge : le wadi rum

Départ à 8 h encore vers le sud. Mais avant nous faisons un petit détour vers le « Petit Pétra » ou « Siq al barid ». Ce site porte bien son nom de petit Pétra : un petit défilé et quelques façades sculptées.


Puis départ vers le Wadi Rum, magnifique désert aux sables allant du jaune au rouge bordé de montagnes de grès. A l’entrée domine la montagne « des sept piliers de la sagesse ».

Balade en 4×4 avec un chauffeur pressé. Arrêt dans une tente de bédouins pur déguster un thé à la sauge et à la cardamome pour ½ dinar jordanien !

   


Après le déjeuner  dans le village des bédouins nous reprenons notre route vers Aqaba. Le paysage est bouché par une tempête de sable et la température est caniculaire. Balade sue la Mer Rouge dans une barcasse qui pue le gasoil pour tenter de voir les poissons et les coraux célèbres de la Mer Rouge. Nous ne voyons pas grand-chose car nous restons dans le port au cul d’immenses cargos. Balade très décevante !

En fin de journée retour à l’hôtel « Golden Tulipe ». Notre chambre est immense. Après diner, petite balade à pied dans Aqaba.

Pétra : merveille du monde

Pétra : merveille du monde

Journée consacrée à la visite de Pétra. Nous marchons de 8h à 18h, 1h de pause pour déjeuner. Mais ça en vaut la peine !!
Le Siq d’abord : long défilé d’1,2 km, large par endroit de 3 m seulement et des parois de plus de 100 m de haut de part en part.

Puis au bout de ce long chemin, enfin la récompense. Apparait le « trésor » ou « Kazneh » façade entièrement sculptée dans le flanc de la montagne. Gigantesque !

Ensuite le chemin nous fait découvrir un nouveau paysage à chaque tournant : des tombes, des façades, des roches de toutes les couleurs.

   


Après déjeuner nous entamons la montée au Monastère (plus de 700 marches taillées dans la pierre du chemin et toutes irrégulières). Montée éprouvante. Au sommet face à une nouvelle façade sculptée nous prenons un thé à la menthe.

Puis nous redescendons. Le retour à l’hôtel après 5 km de marche a raison de nos mollets. Mais quelle journée !

La Terre Promise

La Terre Promise

Jour férié également en Jordanie. Amman est vide ! C’est surprenant. Nous partons pour le sud. En chemin nous nous arrêtons au Mont Nebo. C’est du sommet de cette montagne que Moïse a vu la Terre Promise. Le point de vue est somptueux sur la vallée du Jourdain, Jéricho et la Mer Morte.

Une superbe mosaïque est présentée sous une tente et un petit musée montre la découverte des vestiges de l’église située au sommet.
L’étape suivante nous conduit à Madaba où dit-on Moïse serait mort. Nous visitons l’église orthodoxe St Georges qui a aussi une mosaïque extraordinaire puisqu’elle représente une carte de la Palestine du Delta du Nil à la Vallée du Jourdain au nord et d’Amman à l’Est à la Méditerranée à l’ouest.

Nous visitons également un atelier de mosaïques mais difficile de ramener leurs travaux dans nos valises.


Nous partons ensuite pour Kerak 120 km plus au sud. Nous déjeunons au pied du château construit par les croisés pour défendre la Mer Morte et donc l’accès à Jérusalem.Entre Madaba et Kerak nous traversons le Wadi Mujib : un paysage désertique exceptionnel de terre et de pierres qui commence à verdir par endroit en raison de la construction d’un barrage (pas électrique). Les jordaniens ont commencé à planter « la forêt de Mujib » et les bédouins locaux exploitent quelques parcelles de terre.

Sur le château de Kerak pas grand-chose à dire, assez bien conservé et complété par un donjon construit par les mamelouks.


Ensuite toujours vers le sud et vers Wadi Musa (la vallée de Moïse) et Pétra. Arrivée à l’hôtel vers 20h.

La Rome antique en Jordanie

La Rome antique en Jordanie

Départ à 8 h pour Jérash au nord ouest d’Amman. Nous découvrons une cité antique hors du commun. Elle s’étend sur plusieurs hectares et plusieurs pays ont été sollicités pour la restaurer. Les français, par exemple, restaurent le temple de Zeus. On arrive  par l’Arc de Triomphe d’Adrien, puis tout de suite à gauche se trouve l’hippodrome. Il pouvait contenir jusqu’à 15000 personnes. Quelques gradins ont été restaurés. Puis nous voyons apparaitre le forum, grande place ovale encerclée de colonnes. Elle a été agrandie plusieurs fois.

En montant à gauche nous passons devant le temple de Zeus puis nous entrons dans le théâtre sud. Ce petit théâtre accueille des musiciens locaux qui jouent des airs anglais avec une cornemuse.

Curieux ! Des groupes de jeunes en visite chantent et crient d’un gradin à l’autre. Il y a de l’ambiance. Plus loin nous voyons les restes de l’église byzantine St Côme et Damien qui montre à l’air libre (sans protection) une superbe mosaïque. On ne sait pas jusqu’à quand elle résistera ! La visite se poursuit jusqu’au temple d’Artémis puis au-delà d’une petite colline encore un théâtre un peu plus petit que le précédent mais tout aussi beau.

Nous redescendons pour arriver sur le Cardo Maximo : la voie centrale entièrement pavée et bordée de colonnes. La porte Nord vient tout juste d’être rénovée. Nous empruntons cette voie pour rejoindre en forum en passant devant l’entrée du temple d’Artémis (il y avait 7 volées d’escaliers pour rejoindre le temple à partir de la voie), puis devant la nymphée, fontaine dont il ne reste plus de décorations mais qui a conservé une vasque en calcaire rose. Nous passons ensuite devant les 2 tétrapyles qui marquaient les carrefours entre l’axe principal nord/sud et les axes secondaires est/ouest.

 


Déjeuner sur place à côté d’un groupe de jeunes filles voilées mais néanmoins très à la mode et très coquettes.

En début d’après-midi, départ pour Ajlun un peu plus à l’ouest, pour visiter un château défensif au sommet d’une colline. Pour y arriver nous traversons un paysage de type méditerranéen avec des plantations d’oliviers.

Le château construit par un neveu de Saladin pour empêcher l’avancée des croisés n’a finalement pas servi à cet usage, car les croisés ne sont pas arrivés par là. Rien d’exceptionnel sur ce site, si ce n’est la vue alentours et le petit voyage en 4X4  pour y monter. Retour à Amman pour notre dernière nuit dans cette ville.

Le moyen-orient nous accueille

Le moyen-orient nous accueille

Départ de Nantes le 28 avril  à 11 h 25, arrivée à Roissy à 12 h 15, puis transfert vers un autre terminal pour vol vers Amman par Air France dans un A320. Décollage à 14 h 1. Arrivée à Amman à 18 h 30, 19 h 30 heure locale. Une heure après nous prenons le bus pour Amman à 30 km de l’aéroport. Arrivée au Commodore Hôtel, dîner et aussitôt au lit.

Le lendemain nous faisons connaissance avec notre guide Bassam et notre chauffeur Mohammed.
Départ à 8 h 30 pour l’est d’Amman. Nous allons visiter les châteaux du désert. La circulation est dense, un tantinet anarchique. Premier arrêt au Qasr el Kharana, château carré qui «était un caravansérail servant de refuge aux caravanes de commerce. Construit par les musulmans Omeyyades.

Deuxième arrêt : Qasr Amra, caché dans les collines, il s’agit d’un petit pavillon de chasse construit par le calife Walid. Très surprenant chez les musulmans, des fresques de scènes de chasse et de femmes nues très bien conservées ornent les murs. Il y a également les restes d’un hammam.

 

3ème arrêt : Qasr al Azraq, forteresse défensive construite par les romains puis occupée par les Omeyyades puis par Laurence d’Arabie. Les portes en pierre massive d’une tonne et de 3 tonnes sont impressionnantes ainsi que les toitures en pierre.


Déjeuner à Azraq à toute vitesse car il faut laisser la place aux autres bus de touristes.


L’après midi retour à Amman la Blanche, baptisée ainsi en raison de ses constructions en calcaire local. Bâtie au départ sur 7 collines, elle en occupe maintenant 22 et ne cesse de s’étendre. D’ailleurs la douane (en fait gare de transit pour les nombreux camions de marchandises) va être déplacée plus loin pour libérer des terrains à construire. Elle compte 2 millions d’habitants sur les 6 que compte la Jordanie. Des nationalités différentes s’y côtoient : jordaniens bien sûr, mais aussi irakiens, palestiniens, asiatiques…


La visite commence par le théâtre romain de 5000 places très bien conservé et par les 2 petits musées ethnographiques. Les romains ont laissé de nombreuses traces en Jordanie après les byzantins.


Ensuite montée vers la citadelle et là, magnifique vue sur les collines d’Amman et l’entassement des immeubles blancs. A cette vue s’ajoute l’écho des muezzins qui se répondent à l’heure de la prière et c’est un moment de pur délice. Une merveille !


Sur la citadelle nous retrouvons des vestiges romains d’un temple dédié à Hercule.

Plus loin nous traversons des bâtiments musulmans et notamment un diwan : vaste salle où le calife recevait ses invités. Visite du musée archéologique : bof !


Retour à l’hôtel vers 18 h en passant devant la mosquée bleue et coucher avec bouchons dans les oreilles car le bruit de la rue ne s’arrête pas de la nuit