Tag Archives: lisbonne

Azulejos toujours

Azulejos toujours

Dernier jour à Lisbonne. Il pleut et cette fois pas d’éclaircie prévue ! On met les parkas, on prend les parapluies et les transports en commun. D’abord 40 minutes de métro, puis il nous fait prendre le bus. A côté de l’arrêt de bus on peut mesurer la taille de ces grands bateaux de croisière !

P1040280

On trouve la ligne de bus, on monte dans le bus et on roule, et on s’éloigne de notre objectif. Un passager, surement habitué à voir des touristes perdus dans ce coin nous signale qu’il faut descendre et repartir dans l’autre sens. Ok, mais à l’arrêt de bus le descriptif de la ligne ne comprend pas l’arrêt auquel nous devons descendre. Tant pis on verra bien. Heureusement que les GPS de téléphone sont là. Ainsi on suit notre itinéraire et on trouve une station près de notre objectif : le musée des azulejos. Ouf, on y est  ! Magnifique musée qui valait bien le détour.

P1040281    P1040283

P1040296    P1040299

En revenant le trajet est plus simple. Mais avec tout ça il est l’heure de déjeuner. On entre encore dans un tout petit restaurant traditionnel. On commence par un porto, car venir au portugal sans boire de porto serait sacrilège. Puis sardines grillées. Un dessert, un café et ça repart. On va au Panthéon national qui occupe l’église Santa Engracia. On y retrouve notre ami Vasco enfin plutôt son cénotaphe. Au sommet de 180 marches une vaste terrasse nous offre un autre point de vue sur le port et sur les bateaux mastodontes. Le temps est de plus en plus bouché

P1040301    P1040302

P1040304    P1040309

En revenant vers le métro, nous passons devant le musée militaire, qui lui aussi a droit à son décor d’azulejos.

P1040318

Il est 16 h, l’heure de nous diriger vers l’aéroport. Nous devons décoller à 18h40 mais sans aucune explication nous ne décollons qu’à 21h45 avec donc 3h de retard, en considérant le temps de récupérer les bagages, de revenir de Nantes en passant par Bressuire et Parthenay pour déposer quelques personnes et il est 4 h du matin. On va se coucher !

A l’ère des découvertes

A l’ère des découvertes

Nous partons vers l’ouest, pour visiter le quartier de Bélem, symbole des grands découvreurs, dont le plus célèbre, Vasco de Gama. Mais avant d’y arriver il nous faut marcher un peu et prendre de nouveau le tramway. Nous traversons la praça do Municipio et sa mairie. On retrouve ici les motifs composés par les petits pavés noirs et blancs. Très esthétiques !

zOriginal_P1040126    zOriginal_P1040127

zOriginal_P1040128    zOriginal_P1040129

Et nous arrivons à Bélem. Il pleut ce matin et nous espérons pouvoir bénéficier de quelques éclaircies. Notre première visite est pour le Mosteiro dos Jeronimos, Monastère des Hiéronymites, en clair, un monastère occupé par l’ordre de St Jérôme. Il fut commandé par Manuel 1er peu de temps après le retour de Vasco de Gama en 1501 et largement financé par le commerce des épices et des produits précieux en provenance d’Inde. Il est remarquable par sa taille et par la finesse de ses sculptures et un rayon de soleil nous permet d’en profiter pleinement.

zOriginal_P1040133    zOriginal_P1040153

zOriginal_P1040157    zOriginal_P1040161

zOriginal_P1040165    zOriginal_P1040172

Dans l’église de Santa Maria, on apprécie les fines colonnes qui soutiennent les voutes et bien sur le tombeau de Vasco de Gama, incontournable.

zOriginal_P1040166    zOriginal_P1040168

zOriginal_P1040181    zOriginal_P1040184

En sortant, le soleil est toujours là, alors on se dépêche d’aller au Padrao dos descobrimientos (le monument aux découvertes), monument construit en 1960 pour célébrer Henri le Navigateur, fils de roi, qui n’a jamais voyagé mais qui a initié la conquête du monde par les portugais. La fresque sculptée de chaque côté du monument est juste splendide.

zOriginal_P1040217   zOriginal_P1040201

A l’intérieur, un ascenseur qui nous amène à la plateforme supérieure. De là nous dominons l’estuaire du Tage, le monastère que nous venons de quitter et la rose des vents en mosaïque dessinée sur le sol. Plus loin la Tour de Bélem qui sera notre prochaine étape.

zOriginal_P1040192 zOriginal_P1040193zOriginal_P1040187

Mais avant toute chose, nous déjeunons pendant qu’une très forte averse tombe. Le vent est également de la partie. On prend donc notre temps. Et de nouveau une éclaircie. Nous nous dirigeons vers la Tour de Bélem où une file d’attente conséquente s’est formée. On fait un tour pour admirer, en revenant nous décidons d’entrer. Quelle idée ! et surtout quelle mauvaise organisation. Nous attendrons 1h15 avant de pouvoir pénétrer à l’intérieur ! Pas très agréable surtout que pendant ce temps la pluie et le vent ne nous ont pas épargné. Au final la visite était bien, il faut juste respecter les signaux qui autorisent la montée ou la descente dans un minuscule escalier en colimaçon. Mais ça en valait la peine.

zOriginal_P1040210  zOriginal_P1040231 zOriginal_P1040237

Notre journée n’est pas terminée. En rentrant toujours par le tramway, nous passons devant le marché de Ribeira. Le concept est simple, on trouve tout ce qu’on veut pour manger autour de la grande salle, et on vient déguster sur les grandes tables au centre. Il n’est pas très tard, mais il y a déjà pas mal de monde.

zOriginal_P1040241    zOriginal_P1040247

Nous reprenons notre balade jusqu’au quartier du Chiado. En sortant du métro, la pluie est de retour mais le quartier est quand même très animé. Nous cherchons des abris alors juste à côté de la praça Luis de Camoes on entre dans l’église Paroqui dos Martires, puis dans l’église do Loreto, et enfin dans l’église da Encarnacao. Trois belles églises aux plafond très joliment décorés.

zOriginal_P1040261    zOriginal_P1040262

Et il nous faut rentrer à l’hôtel car nous avons ce soir un diner spectacle dans l’Alfama pour écouter du Fado et voir quelques costumes et danses traditionnelles.

De bas en haut et de haut en bas

De bas en haut et de haut en bas

Aujourd’hui il fait beau. Ça tombe bien on va rester dehors car le lundi beaucoup de musées et monuments sont fermés. Pas grave, on adore se balader. Nous allons donc à la découverte du quartier de l’Alfama, le plus ancien de Lisbonne, ses multiples collines et ses ruelles escarpées. En route.

D’abord, le métro et on repasse devant la gare du Rossio et tout près de l’élévateur de Santa Justa d’où nous avons admiré la ville hier soir. Tout là-haut !

P1030972    P1030976

Puis nous allons sur la praça de Figueira où nous prenons le tramway 12 pour un tour dans les petites rues de l’Alfama. En circulant la vue nous oblige à faire un arrêt. Nous sommes au Largo das Portas do Sol, et il est là, le soleil. Vue sur le Tage, petite mer intérieure et sur l’église Sao Vicente de Fora

P1030992    P1030996

Les petits tramways jaunes caractéristiques se succèdent. Les azulejos sur les façades aussi.

P1040004    P1040008

P1040011     P1040020

Nous cheminons tranquillement, petites rues en pente, escaliers successifs, et nous nous retrouvons devant l’Eglise Sao Vicente de Fora. Fermée ! Dommage. Sur l’esplanade la vue sur le Panthéon local est quand même à voir.

P1040013    P1040016

Nous poursuivons nos déambulations jusqu’au Miradouro da Graça. On voit bien ici la ville basse, ville qui disparut le 1er novembre 1755 sous le séisme et le tsunami qui suivit. Elle fut reconstruite pas le Marquis de Pombal, célébrité du lieu, au cours du 18ème siècle.

P1040024    P1040030

On redescend et on remonte pour atteindre le Miradouro da Senhora do Monte. Nous sommes à environ 100 m d’altitude. D’ici la vue est encore plus vaste et permet de voir nombre de quartiers. Au loin le pont du 25 avril et sur l’autre rive la statue du Christ Roi, monument emblématique de la dictature de Salazar.

P1040031    P1040033

P1040042    P1040046

On s’arrête déjeuner dans une petit restaurant qui ne paye pas de mine pour déguster de la bacalhau a Bras (une brandade de morue) faite maison. Le cuisinier nous offre de la ginja, liqueur de cerise en fin de repas. C’est un peu sucré mais très bon. Maintenant on peut attaquer la suite. On recroise un petit tramway et on s’arrête à la cathédrale, la Sé, construction du 12ème siècle maintes fois modifiée.

P1040053     P1040060

Les azulejos sont omniprésents. Ici ils peuvent être classiques en représentant le Fado ou modernes et décalés.

P1040065    P1040081

Plus bas au Largo do Chafariz do Dentro, on vient vendre la ginja de sa fabrication.

P1040070   P1040074

Mais il nous reste encore une colline à escalader. Là, la fatigue commence à se faire sentir. Alors on déguste des pasteis de nata, petits gâteaux à la crème, spécialités locales. Ça fait du bien. Nous allons au Castelo Sao Jorge, forteresse médiévale qui fut le lieu de résidence des rois du Portugal pendant 400 ans. Ici aussi très belles vues sur la ville, sur la praça do comercio, sur la praça da Figueira et sur l’elevador de Santa Justa.

P1040078   P1040085

P1040092    P1040095

Azulejos et sardines de nouveau !

P1040102    P1040107

Et pour terminer nous prenons l’Elevador da Gloria, funiculaire qui grimpe jusqu’au Bairro Alto et au Miradouro de Sao Pedro de Alcantara pour une vue sur le castelo d’où nous venons à pied ! Allez on rentre !

P1040114 P1040119

Bem-vindo

Bem-vindo

Nous voilà donc à Lisbonne après un court vol depuis Nantes. A notre arrivée en début d’après-midi nous allons déjeuner dans un restaurant brésilien (le Chimarrao) qui nous rappelle le Carnivore en Afrique du Sud. On vient nous servir de la viande à table à partir de grandes broches tenues verticalement au dessus de nos assiettes. Viandes diverses, nombreuses et savoureuses. Ouh la la, pas un endroit pour les vegans !! Mais nous on apprécie. Après ce copieux repas nous partons faire un tour panoramique de la ville. Nous nous arrêtons en haut du parc Edouard VII dominé par un monument commémorant la révolution des Oeillets qui mis fin à 40 ans de dictature et de deux tours célébrant l’amitié anglo-portugaise. D’ici la vue sur la ville basse et sur le Tage est assez sympa.

P1030886   P1030887

Notre tour nous permet de nous repérer entre les différents quartiers. Ce sera utile. En fin d’après-midi nous déposons nos bagages à l’hôtel, un peu excentré, et nous prenons le métro pour revenir faire un tour dans le centre. Nous arrivons sur la place des restaurateurs dans le quartier de la Baixa, ville basse. La gare du Rossio illuminée est splendide. Et le théâtre Maria II n’est pas en reste sur le place Pedro 1er toute proche. Place que d’ailleurs tout le monde appelle « le Rossio ».

P1030912   P1030915

Les commerces sont encore ouverts à cette heure un peu tardive un dimanche. Le monde fantastique de la sardine portugaise attire notre attention. Des sardines en veux tu en voilà, mais un peu chère la sardine ! On passe notre chemin. Nous arrivons à l’ascenseur de Santa Justa qui va nous permettre de nous élever de 45 m sans fatiguer nos mollets de touristes nouvellement arrivés.

P1030917    P1030924

D’en haut nous avons une vue panoramique sur la ville éclairée : l’église des Carmes,

P1030945    P1030929

la praça de Figueira, la rue Aurea. Nous y passons un bon moment malgré un petit vent bien frais.

P1030930   P1030934

En redescendant nous empruntons la rue Augusta et ses calades, des petits pavés noirs et blancs qui forment des motifs variés. Véritable caractéristiques des rues de Lisbonne elles ont l’inconvénient d’être un peu glissantes. Mais elle sont du plus bel effet. On achète en passant des pasteis de bacalhau (beignets à la morue) et nous terminons notre promenade vespérale en passant sous l’arc, construit pour célébrer la reconstruction de la ville après le séïsme de 1755, pour arriver sur la place du Commerce.

P1030950   P1030965