Le Laki et la révolution

Le Laki et la révolution

 Aujourd’hui, pas besoin d’attendre 5 minutes. Nous sommes contents du temps. Même si en partant quelques nuages menaçants nous suivent, nous sommes confiants. Notre destination du jour est le Lakagigar ou « les cratères de Laki ». Tout d’abord nous traversons des vallons verdoyants où les moutons vont par 3. Ici, ils vont par 3. C’est comme ça. Si tu croises 2 moutons, cherche le 3ème, il va forcément se montrer.

Sur la piste nous croisons plusieurs rivières. il faut traverser. Ici, pas de problème, il n’y a pas trop d’eau. Nous faisons un premier arrêt pour admirer la « Belle chute » autrement dit en islandais : Fagrifoss. Le soleil est enfin avec nous ce qui rend tout de suite la balade sympathique.

   
 On poursuit la piste pendant environ 2 heures pour voir apparaitre (au fond à gauche) l’objet de notre journée : le sommet du Laki. A ce stade il est nécessaire de faire une petite explication. Nous sommes ici le long d’une faille éruptive de 25 km de long. Cette éruption survenue en 1783 et 1784 a donné lieu à la création de 120 cratères. Elle provoqua directement et indirectement la mort de 20% de la population locale et elle engendra des dérèglements climatiques qui provoquèrent des famines dans toute l’Europe. En France cela contribua au mécontentement paysan qui conduisit à la Révolution Française. Elle est pas belle l’histoire ?

Mais revenons à notre sommet qui lui n’a pas explosé. On grimpe pendant une heure et la chaine des cratères apparait, d’un côté du Laki et de l’autre. C’est grandiose !

     
  A l’ouest, se détache 2 lacs : le Kambavatn et le Lambavatn. Surprenant dans ce désert minéral de lave et de cendre.

Il est l’heure de redescendre. Pour repartir nous empruntons une autre piste qui longe les cratères du sud.

Comme nous n’avons pas assez marché, une petite promenade supplémentaire nous amène au bord du cratère du Tjarnagigur, seul cratère de la chaine comprenant un lac.

Nous passons la journée dans cet environnement incroyable.

Un dernier gué franchi et nous terminons par un arrêt rapide dans les gorges de Fjadrarglufur.

Un peu de repos maintenant !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *